in

BURQA: Première loi contre le voile islamique en Italie

Texte élaboré par la députée italo-marocaine Souad Sbai.

Il a été posé la première pierre vers l’approbation du projet de loi, discuté depuis 2007, interdisant de porter le burqa dans les lieux publics. Cette première étape, en 4 ans, a été franchie à la Commission des Affaires Constitutionnelles de la Chambre des Députés, où a été approuvé le texte élaboré par le député d’origine marocaine du PDL (Peuple de la Liberté), Souad Sbai.

Ainsi, après la France et la Belgique, l’Italie aussi se prépare à interdire le burqa et le niqab, sous peine d’amendes allant jusqu’à 500 euro pour les contrevenants à cette loi, qui maintenant attend le passage du Sénat, qui n’arrivera pas avant le 12 septembre 12, c’est-à-dire à la reprise des travaux  au Parlement et au Sénat, après la pause d’été.


En Italie, une loi  interdisant de se couvrir le visage en fait, existe déjà et c’est la Loi 152 de 1975.
Le
nouveau texte entend cependant modifier ad hoc certains articles tels que l’interdiction de “cacher former ou dissimuler le visage avec des vêtements d’origine ethnique ou culturelle“, tout comme le burqa ou le niqab.
La nouvelle norme contient également des peines plus sévères pour ceux qui obligent les femmes à porter le voile intégral et contre lesquels il est prévu des sanctions allant de la prison à la déportation, et meme le refus de concession de la nationalité italienne.

Gratifiée par le vote favorable, la promotrice du nouveau texte, Souad Sbai admet que “cette loi est en faveur dles femmes. Qu’il soit clair à tous que le burqa n’est pas un droit de liberté, mais seulement et toujours une imposition aberrante“.

Si la Lega Nord apparait satisfaite du nouveau texte anti-burqa, elle reste néammoins sceptique vis-à-vis du PD (Parti Démocratique) qui parle de “pure propagande“.

Selon Salvatore Vassallo, il s’agit en effet d’une “loi inutile parce que les femmes qui portent le voile en Italie sont rares et elles n’ont jamais été une alarme publique ou un danger pour la sécurité“.

Des membres du monde musulman aussi ont réagi avec indignation contre la décision de la Commission qui a approuvé le texte et ont, à travers l’UCOII (Union des Communautés Islamiques Italiennes), exprimé leur désapprobation: “Interdire le port du voile est une loi injuste qui touche les libertés individuelles“.  

M. I.

LIBYE: Moi va-t-en guerre et toi paie-ma-guerre!

LIBYE: Dissolution du Gouvernement des rebelles