in

BURKINA FASO: Michel Kafando autorise l’expertise de la tombe supposée du capitaine Thomas Sankara.

Ça s’annonce bien! 

A la surprise générale, le président de la transition Michel Kafando a autorisé l’expertise de la supposée tombe du capitaine Thomas Sankara, le père de la révolution burkinabè assassiné le 15 octobre 1987, lors du coup d’Etat qui a porté au pouvoir Blaise Compaoré. 

alt

A la surprise générale, le président de la transition Michel Kafando a autorisé l’expertise de la supposée tombe du capitaine Thomas Sankara, le père de la révolution burkinabè assassiné le 15 octobre 1987, lors du coup d’Etat qui a porté au pouvoir Blaise Compaoré. Le président de la transition, Michel Kafando entend remettre de l’ordre au Burkina Faso. Il a promis des sanctions contre les dérives du régime de Blaise Compaoré et annoncé une enquête pour identifier le corps du capitane Thomas Sankara, le père de la révolution burkinabè assassiné, le 15 octobre 1987, lors du coup d’Etat qui a porté Blaise Compaoré au pouvoir.

L’actuel chef de l’Etat burkinabé Michel Kafando a insisté que tous les maux décriés sous le régime déchu, marqué par «l’injustice, la gabegie et la corruption», ne resteront pas impunis. C’est dire que justice sera désormais rendue pour toute affaire d’Etat ou celle dont des citoyens burkinabé étaient victimes des dérives du pouvoir. «Avec ceux qui ont méprisé cette justice et qui pensent qu’ils peuvent dilapider impunément les deniers publics, nous réglerons bientôt leurs comptes», a déclaré le président de la transition. Michel Kafando s’exprimait ainsi après avoir pris officiellement le bâton de commandement des mains du lieutenant-Colonel Zida, lors d’une cérémonie de passation de pouvoir, à Ouagadougou.

«J’ai aussi décidé que les investigations pour identifier le corps de Thomas Sankara ne seront plus assujetties à une décision de justice, mais seront du ressort du gouvernement et d’ores et déjà, aujourd’hui même, à cet instant même, l’autorisation est accordée», a-t-il souligné. Une décision vite saluée par les avocats de la famille Sankara, qui ont tenu aussi à féliciter le courage de Michel Kafando.

L’un d’entre eux, Me Benewende Sankara a dit son soulagement pour la simple raison que depuis longtemps, la justice burkinabé s’est toujours déclarée incompétente pour autoriser cette expertise: «Nous avons parcouru toutes les juridictions du monde, au Burkina Faso, on a fait du surplace. Nous allons certainement d’un point de vue technique aviser et entreprendre toutes les démarches qui conviennent pour que, avec les autorités de transition, nous puissions en accord avec la famille de Thomas Sankara, voir comment l’expertise que nous attendons depuis tant de temps pourra se faire». Par ailleurs, il souhaite que d’autres dossiers de crimes restés jusque-là impunis sortent tous aussi des tiroirs.

Signalons que Michel Kafando est arrivé au pouvoir à la suite des négociations entre la classe politique burkinabé, la société civile et les chefs militaires. Il lui a été conféré le pouvoir de nommer un Premier ministre et son choix s’est porté sur le lieutenant-colonel Isaac Zida, qui tenait les rênes du pays depuis la chute de l’ancien président Blaise compaoré, le 31 octobre dernier.

LAURA BOLDRINI: “Les Roms doivent être valorisés”

AIR COTE D’IVOIRE: Les clés de la réussite de la compagnie aérienne ivoirienne