in

BURKINA FASO: Caisses Populaires du Burkina – 500 milliards CFA investis dans l’économie

Qu’est-ce qu’elles décaissent… ces caisses!

Avec une croissance moyenne de l’épargne de 15 à 20% par an, les Caisses populaires annoncent avoir injecté en 10 ans, plus de 500 milliards CFA dans l’économie nationale. C’est ce qu’a déclaré le directeur général de l’institution de microcrédit, Daouda Sawadogo, à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse portant sur la commémoration conjointe du quarantenaire et de « la Semaine des Caisses Populaires».


Quarante ans de démocratie coopérative. C’est ainsi que le Réseau des Caisses Populaires du Burkina (RCPB) qualifie son existence, partie des confins de la province de la Bougouriba en 1972. Aujourd’hui, le Réseau est la première institution de microcrédit avec 70% de parts de marché et 178 points de vente répartis dans 44 provinces. Mais, les responsables du RCPB promettent «une Caisse d’ici à là», à la dernière province, à savoir le Nayala.

«Nous sommes dans notre 40e année de démocratie coopérative. La force du réseau, c’est sa capacité à aller vers le formel et l’informel. Les banques ne peuvent pas faire du crédit au pied de l’arbre, ce que nous, nous réussissons. Nous avons une expertise dans le petit crédit», s’est réjoui le directeur général de la Fédération des Caisses populaires du Burkina (FCPB), Daouda Sawadogo, louant ensuite l’apport du «mouvement» dans le développement économique et social du Burkina.

Avec plus de 850 000 membres en 2011, les Caisses populaires apportent plus de 100 milliards CFA à l’économie nationale par an, estime la direction générale.
«En 10 ans, nous avons injectés plus de 38 milliards dans le coton (qui fait vivre plus de 3 millions de Burkinabè) 77 milliards dans les activités génératrices de revenus au profit de 150 000 femmes et 8 milliards dans l’élevage», résume Daouda Sawadogo, ajoutant que les interventions du réseau sont en lien avec la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable, adoptée par le gouvernement.
Le réseau a également contribué à former 4500 stagiaires, à créer 100 000 emplois directs et indirects, tout en intervenant dans l’éducation coopérative, à travers les cantines scolaires, les fournitures, etc. Grosso modo, Daouda Sawadogo chiffre le concours des Caisses populaires à plus de 500 milliards CFA, ces dix dernières années.
Avec un encours de crédit de 65 milliards CFA, c’est-à-dire de prêts non encore recouvrés, le réseau a réussi à concilier la politique des petits crédits avec celle des investissements des petites entreprises. La création de 4 Centres financiers aux entrepreneurs a permis de financer 8000 entrepreneurs.

«Ces centres visent à soutenir ce secteur qui n’est plus financé, de même que l’artisanat. Nous sommes à 50 millions de crédits individuels. Mais, le réseau continue ses petits crédits de moins de 20.000 CFA», insiste le directeur général de la FCPB.

Malgré ces résultats encourageants, les responsables des Caisses populaires revendiquent leur identité: le social. Et il n’est pas question pour eux de faire de la spéculation: «Nos Caisses n’ont pas de l’argent, elles gèrent des fonds appartenant à leurs membres», avertit M. Sawadogo, à l’égard de ceux qui croient en l’opulence des caisses.

Forte du succès des Caisses populaires, la direction générale de la FCPB veut miser sur l’innovation technologique, en vue de faciliter la commercialisation et l’accès à ses produits. A ce sujet, le défi majeur porte sur l’interconnexion des caisses, en vue de permettre aux clients d’avoir accès aux services dans n’importe quelle caisse sur toute l’étendue du territoire.
«Cela va améliorer l’offre de service et la rentabilité», reconnait la directrice marketing et communication, Mme Azaratou Sondo. Pour elle, l’objectif, c’est la satisfaction des clients. D’après des études, il n’y aurait que 4% de plaintes de la qualité des services. Enfin, le réseau veut lancer une opération de reconquête des membres inactifs.

Lancée, le 19 mai à Diébougou, sous le patronage du ministre chargé de l’Agriculture et le parrainage du directeur général de la Confédération des institutions financières, la manifestation a présenté un riche programme d’activités: sport (tournois de football, de handball, course cycliste, jeux de société, etc.) et initiatives promotionnelles (foire régionale, journée caisse villageoise ), ainsi qu’une conférence publique à Ouagadougou, sur le thème: “1972-2012, la Caisse populaire, 40 ans au service du développement».

Les activités de ce quarantenaire concernent toutes les caisses populaires et s’étalent sur toute l’année.

ETUDES UNIVERSITAIRES: Feu vert aux pré-inscriptions à partir de l’étranger

LIBERIA: Charles Taylor condamné à 50 ans de prison!