in

AYA DE YOPOUGON: La bédé de l’ivoirienne Marguérite Abouet cartonne au cinéma!

De la bédé à l’écran!

Transformer les 6 volumes de leur saga en un long-métrage d’animation rythmé, tel est le défi qu’ont relevé Marguerite Abouet et Clément Oubrerie dans «Aya de Yopougon»…

altClément Oubrerie et Marguerite Abouet ont pris le même chemin que Joann Sfar pour “Le chat du Rabbin“. Ils viennent de porter à l’écran leur bande-dessinée “Aya de Yopougon” dans un film d’animation remarquable. La bédé en 6 volumes, parue chez Gallimard, est devenue un long-métrage dynamique autour des aventures d’Aya, jeune fille qui vit dans un quartier d’Abidjan en plein cœur des années 70.

«Le film s’est monté assez facilement car je suis l’un des fondateurs du studio Autochenille production avec Joann Sfar et Antoine Delesvaux. Il est aussi plus facile de trouver un financement pour un long-métrage inspiré d’une bande dessinée connue que pour un sujet original», explique Clément Oubrerie.

On retrouve évidemment les personnages de la bédé dans le film.

«Le cinéma d’animation et la bande dessinée ont beaucoup de code en commun. Cela a l’air d’un lieu commun, mais ce qui change vraiment c’est la bande-son et le fait que l’image bouge», précise Oubrerie.

Le coréalisateur planchait d’ailleurs sur le 6ème album lorsqu’il a commencé à travailler sur ce film tandis que Marguerite Abouet n’a pas hésité à payer de sa personne pour donner vie à Aya et ses copines.

«Elle a fait filmer sa façon de bouger afin que les dessinateurs puissent s’inspirer de sa gestuelle pour animer les héroïnes». 

Après 3 ans de travail acharné, Clément Oubrerie envisage aujourd’hui de se consacrer à d’autres projets comme une série d’albums sur Picasso baptisée “Pablo” (chez Dargaud). Pour l’instant, il n’est donc pas question de suite ni au cinéma, ni en librairie.

«Ces albums étaient basés sur le plaisir que nous ressentions à leur donner naissance. Nous attendrons que ce désir revienne pour envisager l’avenir d’Aya».

On espère avoir l’occasion de revoir cette Ivoirienne attachante à laquelle Aïssa Maïga prête sa voix dans la version animée.

(Bande – annonce du film)

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19515038&cfilm=194895.html

CENTRAFRIQUE: C’est la faute à la Françafrique!

OBSEQUES DE MANDELA: L’interprète en langue des signes accusé d’être «un imposteur»! (Vidéo)