in

Après les plaintes contre la nourriture, les dirigeants de l’hôpital décident de la manger et il se passe que…

«Mais quelle saleté, cette nourriture est dégoûtante!». La plainte d’une patiente fait paniquer les dirigeants de l’hôpital qui cherchent à remédier. Et donc, ils commencent à manger les repas des patients… 

Combien de fois a-t-on entendu des parents, amis, connaissances, ou même expérimenté personnellement, que la nourriture de l’hôpital est horrible, insipide, mauvaise, et ainsi de suite et ainsi de suite? Il y a des histoires de tous genres: pâtes collantes, pudding sans gout et ces pommes cuites qui ont été horrifié des générations de patients. On les a entendus des milliers de fois, tout en se demandant si celui qui décide et prépare les menus a jamais mangé ces repas. Certains administrateurs d’hôpital clairvoyant, occasionnellement se soumettent à ces tests et goûtent et contrôlent ce que mangent les patients.

C’est ce qui est arrivé dans un hôpital canadien où, pendant toute une semaine, les dirigeants ont mangé la nourriture servie aux patients tous les jours, et actuellement quelque chose a changé dans le menu.

Les faits se sont passés à l’Hôpital d’Ottawa et ça a été une véritable expérience visant à améliorer la condition des patients hospitalisés, déjà éprouvés par l’hospitalisation qui. on le sait, n’est jamais une promenade de santé. Mais pourquoi tant d’attention? En fait, l’expérience a débuté après le rapport d’une patiente, Mme Wallace, qui est arrivée à qualifier la nourriture, littéralement «dégoûtante».

À ce point-là, le Directeur de l’Hôpital d’Ottawa, Jack Kitts, est immédiatement intervenu et a répondu à la femme, lui adressant des excuses et essayant de remédier comme il peut: «Merci d’avoir posé vos plaintes Notre équipe de gestion a mangé pendant une semaine la même nourriture servie à l’hôpital et je suis d’accord avec votre observation. Nous devons améliorer la présentation et le goût». Mais l’intrépide Mme Wallace, qui devait avoir tant pâti la nourriture qui n’était pas à son goût, a ajouté, alors qu’elle se remettait d’une intervention chirurgicale, qu’un médecin l’avait exhortée à «ne pas manger cette merde», référée justement à la bouffe de l’hôpital.

Aux prises avec de multiples plaintes de patients concernant la nourriture qui leur était servie lors de leur hospitalisation, les gestionnaires de l’Hôpital d’Ottawa ont décidé d’en avoir le cœur net. Pendant une semaine, ils ont mangé exactement les mêmes repas qui sont servis aux patients de leur hôpital. Leur conclusion? Les patients avaient raison de se plaindre! Ils ont pu vérifier qu’il ne s’agissait pas des délices de la grand-mère. Ils ont donc décidé d’apporter des modifications au menu.

En effet, après l’expérimentation, le menu sandwich de l’Hôpital d’Ottawa comprend des sandwiches frais et des salades de quinoa frais, et généralement des mets plus actualisés que les recettes “archaïques” actuels servi jusque-là.

Après tout ce bouleversement et la reconstruction des repas, Kevin Peters, directeur des services de restauration, a déclaré: «Nous avons des choses que je pense sont encore bonnes, comme la lasagne. Mais je suis sûr que même si pas tout n’est savoureux de la même manière, ça satisfait quand même les exigences nutritionnelles des patients»

Le directeur a même confié qu’il avait été hospitalisé à Montréal récemment et que la nourriture y était plus: «On m’a donné un sandwich. Mais même celui qu’on achète dans les machines automatiques était mieux. Même le sandwich n’était pas mangeable». 

Ping pong: voici le tir impossible qui enfreint les lois de la physique

Rio 2016: première médaille pour l’Afrique