in

ALIMENTATION: Faut-il se méfier de la viande bon marché

La plupart en Italie continuent d’acheter principalement dans les hypermarchés et les discounts par rapport aux marchés locaux.
Slow Food met cependant en garde contre les prix particulièrement avantageux de la viande: brochettes de dinde à 2,66 euros / kg, filet de porc à 2,89 euros / kg, beefstaks de ‘scottona’ à 11,99 euros / kg, et même les burgers de dinde à 1,49 euros / kg. Une étude révèle les coûts cachés de la viande qu’on manges chaque jour. Voici les vraies raisons pour lesquelles la viande coûte si peu…

COMMENT FAIT LA VIANDE À COUTER SI PEU

Comment est-il possible de payer si peu pour de la viande et d’être sûr qu’elle est de qualité, demande Slow Food. Ce n’est pas possible, malheureusement.
Comme d’autres segments de la production agroalimentaire, l’industrie de l’abattage, de la transformation et du traitement de la viande a subi les effets de la concurrence internationale croissante et du pouvoir croissant de la grande distribution organisée, qui se sont traduits par une baisse de la rentabilité et, par conséquent, par une puissante incitation à réduire les coûts de production“.
Alors qu’une “taxe sur la viande” pourrait bientôt être discutée concrètement au sein de l’UE, plutôt que la viande à prix d’aubaine, on devrait se concentrer sur les prix cachés qu’on paie en termes de conséquences pour soi-même, l’environnement et les animaux.

COÛTS CACHÉS POUR LA SANTÉ

L’utilisation des antibiotiques dans l’élevage intensif est largement répandue. Pas moins de 70% de la production mondiale d’antibiotiques est utilisée dans ce secteur.
Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), il suffirait de consommer 25 kg de viande par an (environ 500 g par semaine), pour etre bien. En réduisant la consommation, on pourrait alors choisir une viande légèrement plus chère, mais élevée de manière durable et respectueuse non seulement de l’environnement et des animaux, mais aussi de la santé.

COÛTS SOCIAUX CACHÉS

L’impératif de réduction des coûts pour les entreprises d’abattage et de transformation est principalement répercuté sur les coûts de la main-d’œuvre.
Outre l’application d’un contrat moins cher, le système de passation de marchés offre aux entreprises d’autres avantages, tels que la possibilité pour le client de récupérer la TVA (“OVA”) et la facilité d’avoir une main-d’œuvre beaucoup plus flexible, avec la possibilité d’allonger les heures de travail ou de laisser les travailleurs à la maison si les besoins de la production l’exigent.

En outre, il existe des différences de traitement entre les travailleurs italiens et étrangers: salaires plus bas (6-8 euros / heure contre 13-15 euros / heure), horaires de travail plus longs (jusqu’à 300 heures par mois, contre 168 heures déclarées sur le livre de paie), impossibilité d’être remplacé pendant le travail même pour des pauses courtes et nécessaires.
Et encore: des irrégularités dans les fiches de paie, des paiements avec des postes exonérés d’impôt comme le “transfert Italie” qui entraînent des amendes que le fisc émet précisément à l’encontre des travailleurs.

COÛTS CACHÉS POUR L’ENVIRONNEMENT

Ensuite, il y a les coûts environnementaux. Avec 14,5 % des émissions totales de gaz à effet de serre, le secteur de l’élevage est une source majeure de pollution. Et ce sont les grandes entreprises industrielles qui ont le plus grand impact négatif sur l’environnement: l’humanité utilise 59% de toutes les terres cultivables pour cultiver du fourrage pour le bétail. Les conséquences sont des cultures intensives qui consomment un sol fertile et libèrent des agents très polluants (dus aux engrais et aux pesticides) pour le sol, l’eau et l’air.
Et comme si cela ne suffisait pas, un tiers de l’eau potable utilisée par l’homme est destinée au bétail, alors que 1/30ème seulement est utilisé dans les foyers. De plus, le bétail est l’une des principales causes de la déforestation, sans parler de la perte de biodiversité.

COÛTS CACHÉS POUR LES ANIMAUX

Enfin, il y a les coûts pour les animaux eux-mêmes. La plupart des viandes que l’on trouve dans les supermarchés proviennent de fermes où les animaux ne vivent pas dans la nature, mais dans des conditions inhumaines, enfermés dans des cages très étroites, souvent sujets à des mutilations et nourris principalement avec des aliments pour animaux, du soja, des sous-produits industriels, des suppléments et, bien sûr, des antibiotiques au lieu d’herbe et de foin.

CAFÉ ET GLACES: Attention à ces lots de grandes marques retirés de la vente pour danger en Italie

ALLOCATIONS MUNICIPALES: Les montants de 2020 et les conditions à remplir pour les obtenir en Italie