in

ALGERIE: 12ème Festival Tanjazz à Tanger

Jazz, blues, swing et funk à l’honneur dans la ville du Détroit.

La 12ème édition du festival Tanjazz, qui s’est ouverte mercredi, met de nouveau à l’honneur la musique jazz pour le plus grand bonheur de ses nombreux amateurs dans la ville du Détroit.

 

La Fondation Lorin, organisatrice de cet évènement, a mis en place plusieurs scènes à travers la ville et préparé un riche programme comptant de grands noms du jazz et d’autres genres musicaux tels le blues, le swing et le funk.

Le bal a été ouvert par un grand spectacle à la place des Nations, au centre de Tanger, avec la participation du groupe belge “WAB”, l’une des formations les plus talentueuse spécialisées dans le funk en Europe, qui a su enflammer un public venu nombreux pour suivre la première soirée du festival, et a fait découvrir le funk à des centaines de jeunes amateurs de musique.

Plus loin, au palais des Institutions italiennes (ex palais Moulay Abdelhafid), le trio féminin “Divinas” a fait renaitre l’ambiance des années 30 aux Etats-Unis, à travers le spectacle “Chocolat”, réunissant chant, danse et narration. Le thème est situé au moment de la Grande Dépression, suite à la crise financière de 1929. A cette époque de décadence entre deux guerres, les trios féminin remplissaient les radios et les quelques scènes des clubs qui étaient restés ouverts, offrant une échappatoire à une réalité difficile à vivre.

Parmi les grands noms internationaux participant à cette édition, a figuré le trompettiste américain Roy Hargrove, qui a remporté en 1998, avec son groupe “Crisol”, un Grammy Award pour l’album “Habana“.

Au programme également l’Italienne Roberta Gambarini, née à Turin dans une famille aimant le jazz et partie dès 1988 aux Etats-Unis où elle se fait très vite remarquer. Son premier album solo, “Easy to Love” (2006), fait grand bruit et est nominé aux Grammy Awards.

Le festival a accueilli aussi l’une des icônes de la musique jazz à la Nouvelle Orléans (Louisiane), Lillian Boutté, nommée “Ambassadrice musicale de la Nouvelle Orléans”. C’est la deuxième légende du jazz dans l’histoire de la ville à recevoir cet honneur après Louis Armstrong.

Un autre trio féminin, les “Witchcraft”, marquera cette édition de son empreinte. Il est considéré par les media comme le meilleur groupe de jazz féminin d’Europe.

Cette édition a aussi offert des spectacles en plein air, des cours de musique et de danse et des spectacles consacrés aux enfants.

B. C.

CESARIA EVORA: La Diva cap-verdienne laisse la scène pour raisons de santé

MOAMAS AWARDS: Fally Ipupa en lice avec 5 nominations