in

AFRIQUE – USA: Quatre chefs d’Etat africains invités à la Maison Blanche

Barack Obama a reçu les présidents ivoirien, béninois, guinéen et nigérien.

Après le président gabonais Ali Bongo, quatre autres chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest (l’Ivoirien Alassane Ouattara, le Béninois Boni Yayi, le Guinéen Alpha Condé et le Nigérien Mahamadou Issoufou) ont eu une rencontre avecle président américain, lors d’une rencontre qui a été, pour le président américain, l’occasion de souligner le soutien de l’administration américaine pour les démocraties en développement, dans l’intention manifeste de Washington d'”encourager les transitions en cours dans trois de ces quatre pays“.

 

C’est un peu la fin d’un long silence de Barack Obama vis-à-vis de l’Afrique de l’Ouest francophone. Certes Washington s’est impliqué dans la résolution des crises en Côte d’Ivoire et en Guinée, notamment. Mais le président américain n’a pas encore noué les mêmes liens privilégiés qu’il entretient avec le Nigérian Goodluck Jonathan, que Barack Obama consulte régulièrement au téléphone, ou le Ghanéen John Atta Mills, chez qui il s’est rendu en 2009.

 

Mais la multiplication des crises politiques en Afrique de l’Ouest ces dernières années, ainsi que la montée en puissance d’al-Qaïda dans le Sahel ont fait prendre conscience à Washington de la nécessité d’épauler les pays en transition.

Deux des quatre présidents reçus à la Maison Blanche reviennent de loin. L’Ivoirien Alassane Ouattara, le Guinéen Alpha Condé ont vu leur pays frôler la guerre civile. Le troisième, Mahamadou Issoufou est en première ligne du combat contre le terrorisme.

 

Dans une Afrique de l’Ouest où la stabilité politique est à consolider, c’est aussi un signal d’encouragement qu’enverra le numéro un américain à ces dirigeants nouvellement élus ou réélus.

Reste à savoir si Barack Obama offrira à ces dirigeants une prime à la démocratie. Car si les Etats-Unis ont prévu de consacrer cette année 7,5 milliards USD à l’Afrique, la grande partie de cette somme est répartie entre les pays anglophones.

 

B. H.

 

LIBYE: Le général Younès, chef militaire des rebelles libyens, est mort

ISLAMOPHOBIE: La Lega si “slega” da Borghezio!