in

AFRIQUE: La dangereuse Afrique?

Réflexions… sur l’Afrique sûre!

Il semble y avoir, pour les Européens, deux Afriques différentes: l’une qui est dangereuse et l’autre qui est sre. Comment faire la distinction entre les deux?

Après avoir suivi sur l’Internet les discussions en néerlandais sur les événements au Mali, j’ai trouvé le test décisif qui divise le continent en ces deux catégories. Et ce test se résume à une seule question très simple: est-ce que vous y enverriez votre fille?

Les quelques discussions, sur l’Internet, portant sur les événements au Mali étaient entièrement dominées par de très sympathiques Néerlandaises: après avoir vécu dans un pays sûr, elles se retrouvaient soudain dans un pays qui s’est subitement et inexplicablement transformé en un pays dangereux. Les groupes armés dans le nord avaient toujours été un fléau, mais seuls les fous y allaient pour y être ensuite enlevés ou assassinés. Le reste du Mali était relativement sûr. Il y avait toujours des fusils, mais maintenant ils sont réellement utilisés. Ce n’était pas le but.

Acronymes

Effectivement, le Mali était un pays où l’on pouvait envoyer sa fille, par exemple en mission dans le cadre de l’aide au développement. Quand un pays africain est jugé sûr, il se met à faire du “développement”: une importante flotte de 4×4 surgit de nulle part, avec toutes sortes d’acronymes peints sur les portières. Les chauffeurs sont des locaux, tandis que les passagers sont des Blancs à l’air sérieux, dont le principal but dans la vie est de tenir des réunions. Le Mali en regorgeait. Ils étaient tant occupés à tenir des réunions qu’ils ne se sont pas rendu compte que le pays était en train de devenir dangereux. Il y a eu rébellion, un putsch militaire et le pays s’est divisé. Qu’est-ce qui avait bien pu se passer ici ?

Autres Malis

Il y a eu d’autres pays africains comme le Mali : le Zimbabwe des années 1980 et le Rwanda avant le génocide. Il y a d’autres pays qui sont devenus des Malis, par exemple le Mozambique après la guerre civile, qui a mis le paquet dans le domaine du “développement” et on y trouve des acronymes à profusion.

Et il y a aussi quelques autres pays qui ont toujours été des Malis, comme le Burkina Faso et la Zambie. Certes, il y a toujours çà et là une certaine nervosité – après tout, on est en Afrique – mais en principe votre fille peut se lancer, ici, en toute sécurité dans le développement, goûter à la culture (en particulier en dansant sur leur merveilleuse musique locale) et même entamer une relation avec un local (non-menaçant évidemment).

Développement

L’absence d’engins recouverts d’acronymes est un signe certain qu’un pays ou une région est dangereux. Dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, où je viens d’aller, je n’ai vu que Médecins sans frontières (ils ne font pas “safe”) et bien sûr la branche locale de la Croix rouge, dont les membres vivent ici. Il en allait de même, durant les années 90 du siècle précédent, en Angola, au Libéria et au Sierra Leone, qui entre-temps sont redevenus d’une certaine façon des pays sûrs.

Le départ du “développement”, tout comme son arrivée, n’a aucun impact sur un pays et encore moins sur les changements allant du sûr au dangereux et en sens inverse. Les Maliens vont voir les acronymes disparaîetre et ils n’en seront pas plus avancés – ni plus riches.

Bienvenue, Mesdames!

Il y a cependant un secteur qui va réellement souffrir : le tourisme. Il s’est effondré au Zimbabwe. Il souffre terriblement au Mali, qui venait justement de se mettre sur la carte touristique. Heureusement l’Afrique compte 54 (ou peut-être même 55) pays et il y en a toujours un qui vient de redevenir un pays sûr ou qui a toujours été sûr.

La Zambie a profité considérablement de l’effondrement zimbabwéen et je prédis un avenir en or au Sénégal: il vient d’organiser une élection présidentielle impeccable, la musique y est magnifique et en plus il y a beaucoup d’hommes qui ne sont pas du tout menaçants.

Mesdames, bienvenue au Sénégal!

 

GABON: L’agence Fitch ratings Ltd élève le pays de BB- à BB

RUSSEL WALKIN’ ORCHESTRA