in

14,6% des étrangers résidents en Italie vit dans les petits communs

Les dates de la seconde édition de l’Atlas des petites réalités municipales réalisé par anci-Cittalia

Riccione, 27 Septembre 2010 . À la fin de 2009 les étrangers résidents dans les administrations communales de petites dimensions démographiques augmentent 568.416 unitë´de 14,6% des étrangers résidents en Italie. Pendant que dans la période 2003-2009 les nombres des étrangers résidents a augmenté en mode extraordinaire, soit à niveau national (+151,2%), que relativement aux petits Communs (141,3%). C’est ce qui émerge de la seconde édition de l’Atlas des petits réalités’municipaux réalisé par anci-Cittalia, présenté à la dixième conférence nationale des petits Communs en cours à Riccione

Lorsqu’ils choisissent de s’installer dans une petite Commune les étrangers semblent prechérir ceux de majeures dimensions démographiques, avec la population comprise entre 2.501 et 5.000 habitants. D’un point de vue géographique, des analyses émerge une Italie divisée en deux : au centre nord qui semble attraire des flux migratoires (l’incidence des étrangers dans beaucoup de petits Communs es; supérieur à la moyenne nationale, avec des pointes supérieures même au 10%) contrappone un sud dans lequel, à une partie quelque exception, les petits Communs ne semblent pas exercer grand attrait sur les immigrés.

Les cinq petits Communs dans lesquels on remarque la majeure incidence de la population étrangère se trouvent tous au nord ouest. Il se détache en teste Airole en Ligurie avec 29,3%, suivi bien de trois petits centres des piemontesi : Pragelato, Viganella et Telgate respectivement avec 26,6%, 25,5% et 25% ; ferme le ‘ top five’ de cette spéciale liste Pietrabruna en Ligurie avec 24.8%.

 

Fini : ” Non à des expulsions sur la base ethnique”

Fonds d’asile : 30 millions d’euro pour l’accueil