in

TUNISIE: Festival international du film des droits de l’Homme

Droit à l’écran!

La 2ème édition du Festival International du Film des Droits de l’Homme se déroule du 24 au 28 septembre.

altAvec la tenue de sa 2ème édition, le festival international du film des droits de l’Homme, “Human Screen Festival”, intègre la confédération internationale des films des droits de l’Homme. C’est l’une des raisons qui ont encouragé l’équipe composée de 30 personnes à s’accrocher au projet, malgré les difficultés organisationnelles et financières, dont un déficit de 25 000 dinars. Ce déficit sera à la charge de l’association ACTIF qui organise le festival. A sa tête, le réalisateur Elyes Baccar qui a présenté les spécificités et nouveautés de la 2ème édition pendant la conférence. Le festival s’agrandit en effet avec le double de nombre de films (58), de séances (55) et de salles de projection (6) par rapport à la précédente édition.

Quant aux nouveautés, il y a eu cette année une section pour enfants où le but est de leur faire découvrir le cinéma sur le grand écran, loin du cadre des salles de classe. Les films prévus pour cette section sont des courts métrages internationaux dont le sous-titrage sera fait en doublage live. De plus, le festival organise cette année des projections dans les prisons, intègre des séances spéciales des films d’écoles de cinéma internationales. Ces trois nouvelles sections représentent le volet pédagogique du “Human Screen Festival”.

Une 4ème nouvelle section, intitulée films et femmes — 11 films avec comme jury Souad Ben Slimane, Inès Tlili et Hachemi Ben Fraj –, est intégrée à la section officielle qui comporte déjà la compétition de longs métrages — 10 films avec comme jury Sonia Chamkhi, Lina Ben Chaabene et Adam Fethi –, de courts-métrages — 10 films avec comme jury Neveen Chalaby, Mounir Baaziz et Rafik Omrani — et du meilleur film tunisien où 10 films sont jugés par le comité du festival.

Une dizaine d’autres films sont projetés hors compétition. Le programme de la manifestation inclut également 20 débats et 10 conférences sur des thèmes divers, allant de la justice transitionnelle à la violence contre les femmes, les droits des minorités et artistes et identités.

Ces conférences sont réparties entre la maison de la culture maghrébine Ibn Khaldoun, la maison de la culture El Mourouj et la maison de la culture d’Hammam-lif, afin de permettre à un public diversifié d’accéder aux activités du festival.

Dans ce sens, une tournée régionale des films du festival couvrira 12 régions du pays, en plus des Weekends de Human Screen où il s’agit de projeter, un weekend par mois à Tunis, un film à thème suivi d’un colloque sur ce même thème.

Les avant-premières du festival seront programmées dès l’ouverture avec le documentaire Heureux le martyr de Habib Mestiri, consacré à Chokri Belaïd, en plus des courts métrages d’animation Missing et Growing du Jordanien Tarik Rimawi.

Quatre autres films feront partie des avant-premières: un retour de Abdallah Yahya, Made in Gougou de Latifa Doghri, Femmes journalistes de Kamel Ben Ouanès et Late spring de Zachary Kerschberg. Quelques autres films du programme sont fraîchement sortis et seront projetés pour la deuxième fois de leurs vies pendant le festival.

Il s’agit de Abid Ghbontem de Ramzi Bejaoui, Salma de Mohamed Ben Attia, Femme et demi de Kamel Laaridhi et Femme courage de Chiraz Bouzidi. Le comité d’organisation promet des grands moments de cinéma avec des films marquants comme A world not ours de Mehdi Fleifel, Kungfu grandma de Jeong-One Park, The act of killing de Jushua Oppenheimer

ONU: Le président rwandais Paul Kagamé pointé les manquements de la CPI

MALI: Le pays veut réviser ses contrats miniers