in

TSHALA MUANA: La Diva rd-congolaise fête ses 35 ans de carrière musicale

Trente…cinq sur cinq!

Tshala Mwana, la reine du Mutuashi, va bientôt célébrer ses 35 ans de carrière musicale. Née le 13 mars 1958 à Lubumbashi, Tshala Muana débute sa carrière en 1977 comme danseuse et choriste au sein du groupe «Tsheke Tsheke Love» de Mpongo Love, avant d’intégrer, une année plus tard, le groupe d’Abeti Masikini. Elle a également fait partie du groupe «Minzoto Wela Wela».

altC’est à Abidjan, grand carrefour artistique africain, qu’elle développe tout son talent artistique de chanteuse et que débute sa fructueuse aventure musicale.

Elle y a été repérée par l’agence artistique “Ivoire Hit Parade” avec qui elle produit en 1982 à Paris, son «Maxi 45 tours Amina» composé par Souzy Kaseya.

Le succès est au rendez-vous et Tshala Muana effectue une grande tournée africaine qui la conduit notamment au Nigeria, au Togo, au Niger, au Mali, au Burkina Faso, au Sénégal, en Zambie, en Guinée.

En 1984, après une tournée en Allemagne, elle s’installe à Paris, plaque tournante de la musique africaine en Europe. Elle y acquiert ses lettres de noblesse de reine du Mutuashi et sort l’album «Koumba», toujours arrangé par Souzy Kaseya et dans lequel l’artiste Kabaselé Yampagnya (Pépé Kallé) compose 3 chansons, à savoir «Mbanda matière», «Chéri Mamadou», «N’galula». Elle impose au grand public sa voix sensuelle et ses rythmiques endiablées qui ont contribué à forger son succès.

Par la suite, Tshala Muana sort l’album Mpokolo qui remporte un grand succès auprès du public. En 1987, elle figure dans le casting du film «Falato» du malien Mahamadou Cissé.

«Meilleure artiste de l’Afrique centrale», Chevalier de l’Ordre national de Léopard, diplômes d’honneur… etc., Tshala Mwana accumule les récompenses et enchaîne les œuvres à succès dont «Munanga» et Biduaya, un mélange de “mutuashi”, rumba et de soukouss.

En 1991, elle est nommée «Ambassadrice de l’art et de la culture du Kasaï» pour avoir promu le Mutuashi à travers le monde.

Après un passage en politique, l’artiste renoue avec la scène et sort l’album «Dinanga» (Amour), obtenant en 2002 la palme de “Meilleure vedette féminine de la RDC”, décernée par l’Association des chroniqueurs de musique de la RDC).

L’album «Malu», vendu à plus de 500.000(!) exemplaires vient confirmer la valeur artistique de Tshala Muana par l’immense succès qu’il rencontre auprès du public et qui lui vaut le prix de «Meilleure artiste féminine de l’Afrique centrale» aux Kora Awards 2003.

Considérée comme la “Mamu Nationale”, titre de l’un de ses derniers albums, la chanteuse poursuit une carrière musicale fructueuse avec son groupe “Dynastie Mutuashi” grâce, notamment, à ses derniers opus comme «Enkor et Toujour» et «Sikila».

SOUDAN: El-Béchir annonce la libération de tous les prisonniers politiques

AFROBASKET 2013: Le tirage au sort effectué!