in

SOURAKHATA DIOUBATE: Percussioniste guinéen tamponné, injurié et tabassé par un vieil italien au volant!

Non à la violence raciste!

Sourakhata Dioubate a été assailli par un vieil homme à Pieve di Cento. “Je me suis tané dans ma maison pendant 15 jours”, dit-il.

altIl a une main fracturée et il est profondément blessé dans l’âme, Sourakhata Dioubate, musicien guinéen de 35 ans, victime d’une brutale aggression à Pieve di Cento, dans la province de Bologna.

Alors qu’il rentrait chez lui à vélo, il a été tamponné par une Fiat Punto qui n’avait pas respecté le panneau de stop. Voulant faire intervenir les gendarmes pour faire le constant, il s’est placé devant la voiture pour éviter que la voiture ne reparte mais le chauffeur l’a d’abord injurié, puis il est descendu du véhicule et l’a giflé et ensuite l’a cogné avec une barre de fer.

Sale nègre! Retourne chez toi! Sac de merde!» hurlait l’agresseur, qui a fui en tamponnant presque sa victime,  avant l’arrivée de la police. Il a néammoins été identifié par un témoin qui avait annoté sa plaque d’immatriculation: il s’agit d’un septuagénaire de la zone. Maintenant il écopera d’une plainte pour blessures graves, menaces et injures aggravées de discrimination raciale.

Sourakhata Dioubate est un fameux percussionniste, membre d’une famille de griots, qui vit en Italie depuis 13 ans et il a deux enfants. La main plâtrée l’empechera de travailler pendant plusieurs mois.

Depuis 15 jours, je suis resté enfermé dans la maison. Je ne voulais pas sortir et repasser devant la glacerie. J’ai reçu de nombreux appels de la part des amis, des élèves et d’autres artistes, mais je ne répondais pas au téléphone. Je ne savais pas quoi dire à mes deux fils” , a-t-il déclaré. Puis il a décidé de rendre l’affaire publique.

Depuis quil est en Italie, il ne lui est jamais rien arrivé de tel; après l’agression, il s’est demandé: “C’est un rêve ou c’est la réalité?” 

Maintenant qu’il a déposé une plainte, «je n’ai pas peur car je sais qu’il n’y a qu’une seule vie, pas deux“, mais quand, devant les gendarmes, il a dû mettre noir sur blanc les insultes de cet homme, “ça m’a fait mal de les écrire“.  .

Beaucoup de gens ont déjà assuré qu’ils diront ce qu’ils ont vu et entendu», explique son avocat, Alessandro Valenti, qui parle d’une «histoire raciste et d’une férocité inouie, née au sein d’une culture qui a du mal à croire que cela puisse encore exister“.

 

TOGO: Historique! Anges de Notsè champion de D1!

GLOIRE ET POUVOIR: Les footballeurs Eto’o, Drogba, Adébayor, plus influents que les présidents de leurs pays?