in

SENEGAL: Simon, un rappeur contre l’impunité au Sénégal

Rappeur… frappeur!

La section sénégalaise d’Amnesty International lance une campagne contre l’impunité. Et pour faire passer le message, quoi de mieux qu’un morceau de rap? Le rappeur sénégalais Simon, qui fait partie du mouvement Y’en A Marre, sort un single pour l’occasion.

altAmnesty International / Sénégal a procédé mardi au lancement d’une campagne nationale de sensibilisation contre l’impunité pour ainsi se souvenir des personnes tuées durant les 12 ans de règne du président Abdoulaye Wade, en particulier au cours de la période ayant précédé la présidentielle de 2012.

Des vies humaines sont perdues durant le règne de Abdoulaye Wade, mais aussi durant la période préélectorale. Et il n’y a pas de début de justice visible pour nous et pour les familles de victimes qui exerçaient leur droit de manifester pacifiquement lors des dernières élections présidentielles“, a expliqué son Directeur Seydi Gassama, lors de la cérémonie.

Pour ne pas oublier ces “martyrs de la démocratie”, l’organisation de défense des droits de l’homme compte mener une campagne nationale en vue de sensibiliser les Sénégalais sur la question.

Cela va se passer pendant toute l’année dans toutes les capitales régionales et départementales du pays pour que, ensemble, les Sénégalais exigent justice, pour les cas de violations des droits humains qui ont émaillé le régime de Wade“, a-t-il dit.

Selon lui, la liste des cas d’impunité s’est d’ailleurs allongée avec le journaliste Cheikh Yérim Seck qui, selon lui, a été “sauvagement torturé dans sa cellule du Camp pénal au mois de janvier passé“. Il a indiqué “qu’à ce jour, aucune enquête n’a été menée” sur cette affaire.

Nous exigeons d’ailleurs que les bourreaux soient immédiatement arrêtés et traduit en justice, car cela prouve qu’il n’y a aucun frémissement, aucun début de changement ni de rupture“, a-t-il martelé, jugeant la situation “inacceptable”.

Tout en se disant parfaitement en phase avec le chef de l’Etat, Macky Sall, par rapport à sa volonté affichée de poursuivre jusqu’au bout la traque des biens présumés mal acquis, Seydi Gassama a toutefois estimé que cela devrait se faire “dans le strict respect de la loi et des droits humains“.

Il a rappelé que “l’arrêt de la Cour de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest [CEDEAO] est clair, et le Sénégal, pour ne pas l’avoir respecté, est dans l’illégalité“.

Le rappeur sénégalais Simon, qui est engagé aux côtés d’Amnesty International, a annoncé qu’un single intitulé “100 coupables” a été composé avec d’autres rappeurs sénégalais, pour “alerter l’opinion internationale” sur la question de l’impunité.

C’est une manière pour eux de “jouer leur partition à travers leurs chansons” et ainsi “rappeler que justice n’a pas encore été faite” pour les victimes tombées sous l’ancien régime.

BANDES DESSINEES: L ‘Afrique futur Eldorado de la BD, selon un critique d’art

PROCES BERLUSCONI: Ruby a montré son passeport avec le nom “Moubarak”