in

SÉNÉGAL: Et maintenant le partage du gâteau

 

Ça ne sera pas du gâteau!

Dans l’attente des résultats définitifs, et selon toute vraisemblance, les choses devront continuer à aller vite au Sénégal où depuis de 25 mars 2012, les citoyens ont opté pour un renouvellement générationnel de la classe politique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la reconnaissance de sa défaite et son élégant geste envers son Challenger, Abdoulaye Wade s’éclipse par la lucarne et laisse l’histoire poursuivre son cours.

La CENA (Commussion Electorale Nationale Autonome) a proclamé les résultats provisoires. En attendant ceux définitifs et l’investiture du nouvel élu, Wade se retrouve avec 35%, soit pratiquement le même score que celui qu’il avait obtenu au premier tour (34,8%). Ce surplace illustre le désaveu de ses compatriotes, qui lui en ont voulu pour cette dernière bataille politique de trop.

Sauf donc incident de dernière minute, le 4 avril 2012, le Sénégal fêtera le 52e anniversaire de son indépendance sous le magistère d’un président de la République fraichement élu.

Et sitôt les flonflons de la victoire et ceux de la commémoration de l’indépendance tus, le champion de “Benoo Bokk Yaakaar” devra s’atteler rapidement à montrer que les Sénégalais ont eu raison de le choisir comme l’icône de cette nouvelle alternance.

Dit autrement, ce n’est pas le boulot qui va manquer: questions de gouvernance, demande sociale, Casamance, électricité, inondations… Le 4e président du Sénégal ne bénéficie pas d’un moment de répit et devra embrayer immédiatement pour redonner du tonus à ce pays qui croule sous des besoins, vitaux pour la majorité de la population. Les attentes seront proportionnelles au quasi-plébiscite de Sall à cet ultime tour de la présidentielle, et le risque de décevoir est également grand.

Au demeurant, l’enfant terrible de Fathick en avait pris la juste mesure, puisque candidat il avait promis, s’il était élu, de revoir à la baisse les étiquettes des produits de première nécessité. Bien souvent les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient, et les Sénégalais attendent sans doute de voir.

L’autre écueil et non des moindres qui se dresse devant Macky Sall, c’est aussi le partage du gâteau (même si les politiques n’aiment pas qu’on compare la République à un gâteau) à savoir la clef de répartition des strapontins ministériels et autres grands postes de direction.

Porté par un large front politico-social, le “Tout sauf Wade”, Macky Sall devra solder immédiatement ce compte avec ses alliés du M23 et autre “y en a marre”.

L’élaboration de l’organigramme gouvernemental ne manquera pas de faire naitre des mésintelligences. Ce qui n’est pas sans rappeler le scénario de 2000 avec Wade, qui avait distribué à tire-larigot des postes à ceux qui l’avaient fait roi pour ensuite les éloigner, non sans les avoir humiliés. C’est d’ailleurs, toute autre considération mise à l’écart, ces déçus et autres “pestiférés” du PDS qui ont contribué à lui porter le coup de grâce ce 25 mars 2012.

Certes, il n’y a pas eu de marchandages avant les ralliements de ce scrutin et même s’ils ont eu lieu, ils sont restés secrets. Mais on se doute que tous ces mastodontes qui ont misé sur Macky Sall espèrent que le retour sur investissement sera rapide.

Même si l’on susurre qu’Abdoulaye Bathily ira à la primature et que Niasse occupera le perchoir, ce qui est dans l’univers du possible, on imagine mal ces fortes personnalités entrer encore au gouvernement. Ils délégueront sûrement leurs ouailles pour se mettre en réserve de la République.

Car un autre clivage se profile à l’horizon avec les législatives: chacun des partis de “Benoo Bokk Yaakaar” reprendra, à cette occasion, sa liberté pour engranger le maximum de sièges dans la future Assemblée nationale; une autre source de fragilisation de la coalition.

Mais Macky ayant vécu ce qui est arrivé à son ex-père spirituel, porté à l’époque à bout de bras par le conglomérat anti-Diouf, qui s’est d’ailleurs fracassé par la suite, il saura user, on l’espère, de tact pour conserver ses alliés le plus longtemps possible.

 

 

TABAGISME: Projets de création d’endroits sans fumée en Afrique

SÉNÉGAL: Macky Sall appelé à répondre aux attentes des sénégalais