in

SENEGAL: Candidatures à la présidentielle 2012

Il y a les déclarés, les non déclarés et les non partants.
A 7 mois de la présidentielle, les jeux sont loin d’être faits. Entre les candidats déclarés, ceux qui en ont l’intention et ceux qui se font désirer, il faut encore attendre avant d’avoir une idée claire. Mais, pour l’instant, la seule certitude est que ça bouscule devant les portillons.

Bruno D’Erneville est, pour le moment, le dernier à déclarer officiellement sa candidature à l’élection présidentielle de 2012. Cet ingénieur civil a, en effet, pris date avec les électeurs, en exprimant son intention de briguer la magistrature suprême lors d’une conférence.

Mais, bien avant lui, le président de la République, Abdoulaye Wade, a été le premier à avoir annoncé sa candidature. Et c’est depuis les Etats-Unis d’Amérique qu’il avait fait part de sa volonté de rempiler pour une deuxième fois. Un troisième mandat fortement contesté par l’opposition.

Ses deux anciens Premiers ministres, Idrissa Seck et Macky Sall, lui ont vite emboité le pas. Révélés, ensuite bannis par Abdoulaye Wade, ils ont exprimé sans ambages leur volonté de supplanter leur mentor à la tête du Sénégal.

Mais si le premier a nourri, un moment, l’espoir de se présenter sous la bannière du Pds, le second, en revanche, a définitivement rompu avec sa formation politique d’origine.
Macky Sall ira à l’élection présidentielle sous ses propres couleurs, l’Alliance pour la République (Apr), le parti qu’il a fondé après sa démission du Pds.

Après les deux anciens Premiers ministres libéraux, deux anciens ministres des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, sous le régime libéral et Ibrahima Fall sous le règne d’Abdou Diouf, ont aussi exprimé leur désir de briguer le suffrage des Sénégalais en 2012.

Ancien ministre des Finances sous Abdou Diouf et ancien président de la Commission de l’Uemoa, Moussa Touré rêve aussi d’être le quatrième président du Sénégal. Comme les précédents, il a avoué sa volonté de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Cependant, les hommes ayant été dans les arcanes du pouvoir ne sont pas les seuls à avoir déclaré officiellement leur candidature. D’autres, vierges, ont été déjà investis par leur parti. C’est le cas du maire de Saint-Louis, Cheikh Bamba Dièye et du fondateur du Jëf-Jël et du mouvement Wallu, Talla Sylla.

Le professeur de droit à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Amsatou Sow Sidibé, et Arona Ndofène Diouf, chercheur en Sciences de l’environnement dans une université américaine sont aussi dans la course.

En face des candidats déclarés, il y a ceux qui ne cachent pas leur volonté de briguer le suffrage des Sénégalais, sans pour autant la déclarer publiquement. Dans ce lot on trouve Moustapha Niasse, Ousmane Tanor Dieng et Landing Savané.

Etant dans une coalition qui cherche un candidat unique, chacun refuse de déclarer sa candidature de peur d’être considéré comme le responsable de l’éclatement de Bennoo. Ce sont donc leurs militants qui se chargent d’officialiser leur candidature.

Après les candidats déclarés et les non encore officiels, viennent enfin les candidats souteneurs. Sachant qu’ils n’ont aucune chance de passer au deuxième tour, ces chefs de partis qui ne seront pas candidats en 2012. Ils préfèrent se ranger derrière des partis ou coalitions de partis. Ce, pour continuer à exister sur la scène politique.
A titre d’exemple, le professeur Assane Dia, le secrétaire général de “And Dooleel Sénégal”, parti du changement (Ads-Pc), a annoncé le soutien de son parti à la candidature de Macky Sall.

Il reste 7 mois avant l’échéance du 26 février 2012, et d’ici-là les lignes vont certainement bouger…

Nafi Digo

 

TRANSPORTS AERIENS: Ariella Airline – Nouvelle compagnie aérienne burkinabé.

GABON – GUINÉE ÉQUATORIALE: Inauguration d’un pont sous-régional