in

R.D. CONGO: Nouveau massacre à Beni

Beni… maudit?

Un nouveau massacre a eu lieu dans l’est de la République Démocratique du Congo, dans la région de Beni. Une trentaine de personnes ont été tuées dans la localité de Aili. 

alt

Au cours de sa visite de réconfort moral envers les populations de Villes de Beni et Butembo, le week-end dernier, Julien Paluku, Gouverneur de la province du Nord-Kivu s’est entretenu avec les hommes d’affaires de cette partie de la République dans la soirée du dimanche 7 décembre 2014. A cette occasion, les membres de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) de deux villes sœurs, ont saisi cette opportunité pour exprimer leur désolation au Chef de l’exécutif provincial du Nord-Kivu, à la suite de l’insécurité (tueries à grande échelle) qui paralyse toute l’activité économique.

Les agriculteurs, tout comme les opérateurs économiques, ne savent plus à quel saint se vouer. Ils connaissent, en effet, de grandes difficultés pour vaquer à leurs activités économiques depuis que les actes de cruauté ont élu domicile dans le territoire de Beni. Depuis, la baisse sensible des activités économiques reste perceptible à cause de nombreuses tueries à l’arme blanche. Cette situation ne profite pas à la population, ni aux hommes d’affaires de cette contrée de la RD-Congo.

Polycarpe Ndivito, président de la FEC Beni/Butembo, a signifié au Gouverneur Julien Paluku que l’insécurité qui sévit actuellement dans les villes de Butembo et Beni influe négativement sur le climat des affaires. Autre fait grave à signaler, des cas de kidnapping, arrestations arbitraires et pillages des opérateurs économiques ainsi que leurs familles, perpétrés par des hommes armés. Le coin le plus dangereux est celui relatif à l’axe routier Goma-Butembo, a-t-il indiqué.

Pour calmer les esprits, Julien Paluku a rassuré que l’armée et la police ont déjà renforcé la sécurité dans les zones très chaudes.

Contre toute attente, pas plus tard que dans la matinée du lundi 8 décembre 2014, ces criminels fantômes ont encore tué plus d’une dizaine des personnes, renseigne une source locale.

SCUOLA E RELIGIONE: “Niente presepe a scuola, discrimina”. Il preside fa arrabbiare i genitori

OUGANDA: Les «applis» de smartphone anti-corruption!