in

R.D. CONGO: Jean-Claude Muyambo (président du parti SCODE) quitte la Majorité présidentielle

En position d’opposition! 

Le président du parti SCODE (Solidarité Congolaise pour la Démocratie), le député honoraire Jean-Claude Muyambo Kyassa, quitte la Majorité présidentielle pour œuvrer désormais au sein de l’opposition politique.

alt

Le président du parti SCODE (Solidarité Congolaise pour la Démocratie), le député honoraire Jean-Claude Muyambo Kyassa, quitte la Majorité présidentielle pour œuvrer désormais au sein de l’opposition politique.  L’ancien bâtonnier du barreau de Lubumbashi l’a déclaré, samedi 15 novembre; alors qu’il s’est vu refuser l’atterrissage à l’aéroport national de Bipemba à Mbuji-Mayi, dans le Kasaï-Oriental. «Je prends congé de la majorité présidentielle. Et c’est terminé! J’entre dans l’opposition. Aujourd’hui, quand vous venez me voir, vous devrez être en présence d’un opposant au régime de Kabila», a affirmé Jean-Claude Muyambo.

Depuis quelques mois, ce dernier a multiplié des déclarations pour affirmer son opposition à la révision constitutionnelle en RDC (de nature à permettre au chef de l’Etat actuel de briguer un 3ème mandat) dénonçant par ailleurs l’absence d’un vrai débat sur cette question au sein de la majorité. Le 30 août dernier par exemple, Jean-Claude Muyambo affirmait que durant ses deux mandats, Joseph Kabila avait «fait des choses magnifiques». Mais, avait-t-il ajouté, «en 2016, nous voulons qu’il y ait alternance».

Le président de SCODE a annoncé son retrait de la MP, samedi 15 novembre, après son voyage raté de Mbuji-Mayi. Il a vivement déploré l’interdiction d’atterrir (dont il a été victime) dans cette ville du Kasaï-Oriental, où était programmée une importante rencontre de son parti: «Je suis au regret! D’ailleurs mon secrétaire général se trouve à Mbuji-Mayi. On a décollé dans un avion privé en provenance de l’aéroport de Lubumbashi pour Mbuji-Mayi. Trente minutes après, l’hôtesse vient me voir pour me dire que le commandant dit qu’on vous demande de retourner. J’ai dit: “Pourquoi”? “Oh c’est le service de sécurité”». 

Pour lui, cette interdiction constitue une entrave aux valeurs démocratiques. « Je ne comprends pas pourquoi. Je trouve que ça c’est un frein à la démocratie. C’est pour cela que je trouve que ça ne sert à rien de continuer avec ces gens [de la MP]», a-t-il poursuivi.

A la question de savoir (entre l’opposition républicaine et radicale) il choisit de se rallier à quel cartel, Jean-Claude Muyambo, a répondu: «Je suis dans mon opposition à moi, je quitte le pouvoir j’entre dans l’opposition pour que le Congo aille de l’avant. Et je suis avec le peuple». 

CAN 2015: Le point des qualifiés après la 5e journée

CRISE BURKINABE: Michel Kafando désigné président de la transition