in

PRIX AFRICAIN DU DEVELOPPEMENT: Le burkinabé Apollinaire Compaoré, président de Telecel Faso, grand lauréat

Telecel excelle!

La cérémonie de remise du trophée et du diplôme du Prix Panafricain de Développement s’est déroulée, le 22 juin 2013 dans la salle des fêtes de Ouaga 2000, en présence de nombreux opérateurs économiques et des membres du gouvernement dont le Premier ministre Luc Adolphe Tiao.

altLe grand lauréat de ce prix n’était autre que le président du Groupe Planor Afrique SA, Apollinaire Compaoré, président du conseil d’administration de Telecel Faso.

Décerné par le Groupe SAFAM COM Inter, une structure qui se donne pour objectif de mettre en lumière les personnes physiques et morales qui se sont distinguées par leurs actions dans des domaines tels que l’investissement privé, la promotion de la bonne gouvernance, la culture, le sport, etc., ce prix vient couronner les efforts de Apollinaire Compaoré toujours sur la piste de la bonne affaire à faire.

«C’est un grand honneur pour moi de recevoir ce prix parce que de nombreux entrepreneurs burkinabè méritaient aussi de le recevoir. C’est avant tout une reconnaissance du mérite des hommes d’affaires burkinabè. Je dédie ce trophée à tous ceux qui œuvrent quotidiennement contre la pauvreté et pour la justice. Je tâcherai toujours d’être à la hauteur», a affirmé le lauréat, par la voix de son porte-parole, Dimitri Ouédraogo, le Directeur général de Telecel Faso.

Apollinaire Compaoré est le 13è bénéficiaire de ce prix qui, au départ, était une initiative purement ivoirienne et qui a pris des tendances panafricaines depuis 2008.

Apollinaire Compaoré, par la même occasion, a été symboliquement intronisé roi Akan avec comme nom de chef «Nana Koffi 3». C’est avec émotion que le «nouveau roi» a vécu cette cérémonie de distinction.

«Les mots me manquent pour qualifier ce que je viens de recevoir, de voir et d’entendre», a-t-il révélé. En s’associant ensuite aux organisateurs et au Premier ministre, il a remercié Dieu.

«C’est le Tout-Puissant qui m’a permis de pouvoir effectuer un travail béni que des gens ont remarqué pour me distinguer. J’encourage les jeunes frères qui sont dans les affaires, à persévérer dans le travail, car dans la vie, c’est le travail qui paye. Travailler, travailler, travailler… le bonheur est au bout de l’effort, voire de la souffrance». Foi de Apollinaire Compaoré, le richissime homme d’affaires burkinabè.

ANTOINE BELL: L’ancien super portier des Lions Camerounais entre au Panthéon des meilleurs sportifs africains

TUNISIE: “Le Réveil de l’Afrique” – Exposition liée au départ de la BAD