in

PRESIDENTIELLE SENEGALAISE: Yes YOU Can?

Youssou Ndour (“You” pour ses fans) candiadat joue à quitte ou double?

“C’est un devoir patriotique suprême, le meilleur des dons de soi, je suis candidat”, a déclaré Youssou N’dour, la star sénégalaise, sur les antennes de sa radio (la RMF, Radio Futur Médias), le 2 janvier dernier.

 

Ainsi donc, le chanteur-vedette de renommée internationale, devient le 21e candidat à l’élection présidentielle sénégalaise du 26 février prochain. L’illustre musicien, leader du Mouvement citoyen, veut désormais se forger une carrière politique, et entend se poser comme une “alternative à l’alternance“. Autrement dit, Youssou N’dour veut défier Wade dont la candidature au scrutin présidentiel prochain a provoqué une forte clameur. Rien de plus normal. C’est un droit pour chaque citoyen de briguer le poste de magistrature suprême dans son pays pour autant qu’il remplisse toutes les conditions prévues par la loi. On ne devient pas président de la république par un concours.

Il suffit de concevoir un projet de société fiable et convaincant pour s’attirer la sympathie de l’électorat. Et, on n’a pas besoin d’être titulaire d’une chaire pour présider aux destinées d’un peuple.

Michel Martelly qui dirige aujourd’hui Haïti n’a pas eu besoin de faire des études supérieures. La star libérienne de football, Georges Weah, quoique candidat malheureux, avait eu le mérite de briser un mythe en surclassant bien d’autres hommes politiques de son pays, qui ne comptaient que sur leur niveau d’instruction.

La politique a ses raisons que l’intellectuel ignore parfois. Bien des intellectuels africains ont conduit leur pays vers l’abîme. D’ailleurs, l’avènement de certains citoyens comme les artistes-musiciens ou les stars de football dans l’arène politique, ne traduit-il pas l’échec de l’élite politique, incapable de répondre aux aspirations des peuples, et toujours prompte à protéger ses intérêts personnels?

En tout cas, la star sénégalaise Youssou N’dour ne manque pas d’atouts d’autant que lui-même avoue disposer d’un carnet d’adresses bien fourni. A défaut de remporter la présidentielle, il pourra sans doute arriver comme un troisième larron qui départagera le président Wade et son opposition divisée par le choc des ambitions. C’est donc dire que Youssou N’dour est en pôle position.

Cependant, la politique étant un terrain fangeux, il est possible d’y établir une carrière reluisante, tout comme on peut courir le risque d’entamer l’aura dont on jouit auprès des populations. Et c’est en cela que l’on se demande si le richissime musicien sénégalais n’aurait pas mieux fait de rester en avant-garde pour observer, critiquer et dénoncer les travers des hommes politiques de son pays. Ce n’est ni plus ni moins qu’une erreur pour un leader d’un mouvement de la société civile qu’il est, de s’engager dans un domaine où fourmillent déjà bien des ténors qui ont toujours fait de la chose politique leur bataille quotidienne.

“You”, comme l’appellent affectueusement ses fans, court le risque de tomber de son piédestal. Il joue à quitte ou double.

MAROC: Le roi nomme un gouvernement dirigé par un islamiste

“FADE” IN ITALY?: Gancia si… sgancia dall’Italia!