in

OSAREMEN “SARIME” MANGANO: Des insultes de «guenon» et «négresse de merde» au concours de Miss Italie

Le rêve de Osaremen “Sarime” Mangano, finaliste du concours de beauté. «Le racisme existe, je l’ai vécu depuis mon enfance».

 

Être élue “la plus belle de toutes” pour donner une leçon à ceux qui l’appelaient «guenon». Il y avait également un désir de vengeance dans le rêve d’Osaremen “Sarime” Mangano, une des finalistes de Miss Italie, 24 ans, père italien et maman nigériane.

Sarime a grandi entre le Val d’Aoste et Vigevano et elle n’a pas eu une vie facile. Son père est mort quand elle avait 6 ans et ce n’est que récemment qu’elle a pu connaître sa mère.

Avec un diplôme de géomètre en poche, Sarime fait la DJ. Sur l’hebdomadaire “Diva e Donna”, elle a déclaré: «Depuis l’école maternelle, je sais ce que c’est le racisme: on m’appelait “guenon”, “négresse de merde”…» En 1996, devint Miss Italie, Denny Mendez, première noire à remporter le sceptre et qui, raconte Serime, l’encouragea via Facebook, en lui disant de poursuivre son rêve.

«Dix-neuf ans après, si je devais gagner, moi, ça ferais encore plus remuer; malheureusement, le racisme existe toujours, je l’ai vécu depuis mon enfance même si je suis italienne à 100%. La couronne serait une revanche pour moi», avait-elle dit alors. 

GUINEE: Quand N’Faly Kouyaté, virtuose de la Kora, facilite l’accès à l’eau aux populations de Siguiri

RÉVÉLATION: Une infirmière révèle les 5 plus grands regrets que les gens font sur leur lit de mort!