in

MAURITANIE: Incidents à Nouakchott après une profanation du Coran

Freiner les émeutes!

En Mauritanie, un jeune homme a été tué, lundi 3 mars à Nouakchott, lors d’affrontements entre les forces de l’ordre et des manifestants. Des manifestants venus crier leur colère après une destruction de Coran, dans une mosquée d’un quartier populaire de la ville.

altLe calme est revenu lundi après-midi. D’importantes forces de sécurité, dont la garde nationale, restaient toutefois mobilisées dans les rues de la capitale.

Tout à commencé la veille, un peu avant la prière du soir, quand 4 inconnus sont entrés dans la mosquée de Teyarett, un quartier populaire de la ville. Sous les yeux de l’imam, ils ont déchiré 4 exemplaires du Coran avant de les jeter dans les toilettes, avant de prendre la fuite.

Rapidement, une foule en colère s’est dirigée vers le centre-ville. Les manifestations, émaillées d’affrontements avec la police, ont duré jusque tard dans la nuit et repris mardi matin.

Aux cris de «Dieu est grand» et «A mort les profanateurs», les manifestants ont tenté de bloquer les rues.

Des accrochages ont eu lieu avec les forces de l’ordre, qui ont utilisé grenades lacrymogènes et balles en caoutchouc pour les disperser.

Un étudiant a été blessé et plusieurs personnes ont été blessées. De sources médicales, il serait mort des suites d’un traumatisme thoracique.

«Il n’a pas été tué par balle», a assuré le ministre de la Communication qui a annoncé l’ouverture d’une enquête sur sa mort, mais aussi sur la profanation. Le ministre a appelé ses concitoyens «à la retenue», afin d’«éviter de tomber dans le piège de ceux qui cherchent à jouer sur les sentiments des musulmans pour des intérêts égoïstes».

KING KESTER EMENEYA: Le chanteur congolais a été inhumé au cimetière Nécropole de Kinshasa

ASSOCIATION BENINOISE “NONVIGNON” DE CESENA: Interview au président Vivo Comlam Stéphane