in

MAROC: Casablanca construira un métro aérien

Mettre au métro la métropole!

C’est ainsi que la première ligne de métro aérienne du Maghreb sera construite à Casablanca. La construction de ce métro aérien débutera en janvier 2014 et devrait être terminée fin 2016, a annoncé Mohamed Sajid, le maire de Casablanca, le 6 juin.

altCette ligne reliera Sidi Moumen et Hay Moulay Rachid au centre-ville, et se prolongera jusqu’au quartier de Bourgogne.

Le coût de cette ligne de métro suspendu de 15 à 18 kilomètres sera de 9 milliards de dirhams, en partie financés par l’Agence française pour le développement (AFD). Les voies seront construites sur des arches en béton permettant aux passagers d’éviter le trafic transurbain.

“La ville fait des progrès, et ses infrastructures et son réseau de transport s’améliorent. Casablanca n’est certainement plus ce qu’elle était, il y a 20 ans. Nous sommes favorables à l’idée de relier les bidonvilles aux quartiers modernes”, a expliqué à Magharebia Khalid Kefili, un habitant de la ville.

“Ce sera bien d’avoir le tramway et le métro. La ville est devenue symbole de chaos et de nuisances sonores”, a estimé Hay Mohammadi, habitant de Salaheddine.

Les problèmes de circulation et de congestion n’ont pas disparu avec l’ouverture en décembre dernier des 31 kilomètres de la ligne du tramway de Casablanca. Cette dernière ne peut en effet transporter que 250 000 passagers par jour. Le métro envisagé pourra, lui, transporter quotidiennement jusqu’à 400 000 passagers, a précisé “La Vie Éco”.

Ce projet a pris forme l’année dernière, lorsque le maire de Casablanca, Mohamed Sajid, le directeur de Casa Transport Youssef Draiss et d’autres responsables s’étaient rendus en Amérique latine pour visiter un métro suspendu. Casablanca et Santiago du Chili sont similaires en termes d’infrastructures, d’architecture et de densité de population.

Ces responsables sont revenus convaincus qu’un métro aérien serait la bonne solution pour Casablanca. Les études techniques sont prêtes, a expliqué le maire. La seule chose qui manque maintenant, c’est le financement, a-t-il ajouté.

Mais Abdul Wafi al-Harraq, président du conseil des associations locales et l’un des opposants les plus virulents à la politique municipale de Sajid, estime qu’un nouveau métro n’est “pas une priorité pour les habitants de Casablanca. Je pense que le tramway est suffisant pour résoudre les problèmes de transport”, a-t-il déclaré, ajoutant que le conseil municipal ferait mieux de dépenser de l’argent à fournir des logements décents.

“Le conseil doit veiller aux infrastructures maigres et précaires de la ville. Les bidonvilles manquent encore d’eau, d’électricité et de réseaux d’égout. Les habitants de la ville ne veulent pas des transports luxueux ; ils veulent simplement les conditions minimales leur assurant une vie décente”, a-t-il conclu.

NELSON MANDELA: On retient son souffle pour recueillir le dernier souffle de Madiba!

AFRIQUE – USA: La rivalité sino-américaine en Afrique, évoquée par Barack Obama