in

MALI: Les femmes victimes des extrémistes

Arretez ces intégralistes!

“La souffrance de la population locale, en particulier des femmes, est inimaginable”, a déclaré le maire de Tombouctou.

altAlors que perdure l’occupation du nord du Mali par les islamistes, les citoyens expliquent que ce sont les femmes qui paient le plus lourd tribut de la situation.

Il y a environ un mois, le groupe islamiste Ansar al-Din a commencé à arrêter les femmes non voilées à Tombouctou. Les radicaux ont, à cet effet, créé une “prison pour femmes” particulière. Les femmes ont dû également respecter un couvre-feu et n’ont plus le droit de se trouver dans les rues en compagnie d’hommes qui ne font pas partie de leur famille directe.

Les femmes sont l’objet d’un harcèlement quotidien et ne peuvent plus vaquer normalement à leurs occupations. L’espace des libertés s’est considérablement amoindri“, explique Bilal Sidibé, un journaliste malien. 

La souffrance de la population locale, en particulier des femmes, est inimaginable. L’hôpital de la ville est rempli de femmes qui ont été agressées par Ansar al-Din“, a déclaré le maire de Tombouctou, Hallé Ousman, à Magharebia le 21 novembre, qui a également souligné les “contradictions” affichées par Ansar al-Din. Tandis que les extrémistes ont affirmé devant la presse internationale avoir renoncer à faire appliquer la sharia, leur attitude est tout à fait différente sur le terrain, explique-t-il, affirmant: “C’est une hypocrisie indigne de gens qui se prétendent musulmans“.

Ayman El Sisi, journaliste à Al-Ahram, confirme les dires d’Ousman. “Les femmes de Tombouctou n’ont pas le droit de marcher dans les rues sans porter le modeste habit islamique“.

Il y a eu récemment une accélération dans l’application de la sharia. Et la situation ne semble donner aucun signe d’évolution. Depuis le début de l’occupation du nord du Mali par Ansar al-Din, les islamistes ont séparé garçons et filles dans les écoles, forcé les femmes à porter le voile, ont fermé bars et night-clubs, se sont livrés à des flagellations brutales sur les fumeurs, les buveurs d’alcool et les hommes rasés, et ont lapidé deux jeunes Touaregs à Aguelhok, coupables d’avoir eu un enfant hors mariage. Deux jours après le meutre de ce couple, des amputations ont été rapportées à Ansongo. D’autres ont suivi à Tombouctou et à Gao.

Ibrahim Ag Mohamed Saleh, l’un des dirigeants du Mouvement national pour la libération de l’Azaouad (MNLA), a déclaré que “s’il est confirmé qu’Ansar al-Din continue à se livrer à de telles pratiques, nous cesserons alors les négociations que nous avons entreprises il y a quelques jours, parce que tout cela révèle une vraie contradiction. Actuellement, nous combattons le MUJAO et nous ne voulons pas ouvrir un nouveau front. Mais si nous remarquons une contradiction explicite, nous n’hésiterons pas à affirmer ouvertement notre position, qui est sans équivoque“.

R.D. CONGO: Des femmes parlementaires mobilisées pour la paix dans l’Est du pays

LUTTE AU SIDA: Journée mondiale – Le long combat des Africains