in

JOURNEE DE LA FRANCOPHONIE: Le centenaire d’Aimé Césaire célébré à Dakar

Aimez… Césaire!

Sous l’égide de l’Organisation Internationale de la Francophonie (0IF) et avec le soutien du gouvernement sénégalais, le centenaire d’Aimé Césaire est célébré sous la forme d’un hommage rendu à l’immense poète et illustre homme d’Etat martiniquais.

altIl avait la particularité d’être l’ami indéfectible du premier président de la République du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, poète de renommée mondiale et père fondateur de la Francophonie.

La manifestation phare sera un colloque dont l’intitulé «Aimé Césaire, cahier d’un retour au pays ancestral» est pour le moins évocateur, selon le conseiller du Secrétaire général de la Francophonie, l’écrivain et poète, Hamidou Sall.

Le colloque dont l’ouverture aura lieu, sous la présidence effective du Président de la République, Macky Sall se tiendra demain à 10h au King Fahd Palace.

Auparavant, une soirée de Gala au cours de laquelle a été présentée, au Théâtre national Daniel Sorano, l’inoubliable pièce du parrain, «La tragédie du Roi Christophe», 47 ans après la première prestation sur les planches de Sorano, à l’occasion du Festival mondial des arts nègres de 1966.

Juste avant le lever de rideau, a été présenté un court film d’Euzhan Palcy qui retrace la dernière rencontre entre Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire. Question, pourquoi célébrer Césaire à Dakar?

L’impérieuse nécessité de s’acquitter d’une dette, une dette d’honneur car l’Histoire nous a légués un devoir vis-à-vis de ce poète essentiel qui a épousé toutes les causes de l’Afrique et qui l’a accompagnée dans tous ses combats, réplique Hamidou Sall, maître d’oeuvre de l’évènement.

«Il nous a paru normal, à l’occasion du centenaire de sa naissance, de saluer la glorieuse traversée d’un siècle qu’il a fortement marqué par son oeuvre poétique et par son engagement politique», renchérit-il.

Pour lui, tenir une telle manifestation à Dakar, au Sénégal, revêt un sens tout particulier. Car, c’est ce pays qui a vu naître celui qui lui a révélé l’Afrique, la nécessité de s’y enraciner et qui fût son compagnon de plume et de combat dans la belle et noble aventure de la négritude.

Ce rendez-vous de la mémoire et du coeur revêt un cachet tout particulier parce qu’ensemble, tous ces intellectuels de renom entendent écrire quelques unes des pages du cahier d’un retour au pays ancestral de ce descendant de ceux que l’histoire avait violemment arraché à notre continent.

L’évènement a une portée toute particulière en ce qu’il se tient en présence des membres de la famille de Césaire, arrivés, à Dakar, de fortes délégations venues de la Martinique, de la Guyane et de la Guadeloupe. Le colloque a vu la participation d’éminentes personnalités intellectuelles, sénégalaises et étrangères.

ll y a aussi une participation d’anciens élèves du Lycée Louis Le Grand et de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm qui salueront, en Aimé Césaire, un illustre aîné ayant fréquenté ces établissements prestigieux.

Vendredi 22 mars 2013, jour de la clôture des manifestations, une table-ronde spéciale intitulée « Aimé Césaire ou l’humanisme incarné dans la cité » sera présidée par le Premier ministre, Abdoul Mbaye, lui-même ancien du Lycée Louis Le Grand de Paris à en croire M. Sall.

L’actuel proviseur du Lycée Louis Le Grand fera d’ailleurs le déplacement de Dakar pour assurer la modération de cet atelier animé par les Professeurs Souleymane Bachir Diagne, Alain Houlou (tous deux anciens des deux prestigieux établissements) et Moncef Follain ancien de l’Ecole normale supérieure et actuel directeur du service de Coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France à Dakar.

La cérémonie officielle de clôture verra la participation de Mme Christiane Taubira, Garde des Sceaux, ministre de la Justice française, Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale française et Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale.

Ces illustres personnalités salueront, en Césaire, Senghor et Léon Gontran Damas, trois figures historiques qui siégèrent, ensemble, sur les bancs du Palais Bourbon.

TIKEN JAH FAKOLY: Le reggaeman ivoirien acteur dans le film “Sababou”

JACKSON RICHARDSON: Le handballeur français victime de racisme aux USA!