in

ITALIE – Pensions: prorogation de “Opzione Donna” et garantie de la pension aux jeunes

Premières mesures de réforme des pensions du Gouvernement Conte bis qui a pris ses fonctions après avoir prêté serment au Quirinal (Palais de la Présidence de la République). Le programme du nouveau gouvernement commence à être défini également sur le plan de la sécurité sociale. Parmi les mesures sociales, il est prévu une nouvelle garantie de pension pour les jeunes et le renouvellement tant attendu de “Opzione Donna” (Option Femme), qui permet aux travailleuses âgés de 58 ans (59 ans si autonomes) et au moins 35 ans de cotisations de prendre leur retraite. Cependant, il n’est pas spécifié quel type d’extension on pense. 

 

“OPZIONE DONNA” (OPTION FEMME)

Actuellement, “Opzione Donna” (Option Femme) est offerte aux femmes ayant mûri les conditions requises, avant le 31 décembre 2018.

En pratique, peuvent bénéficier de “Opzione Donna” les femmes nées avant le 31 décembre 1960, ou en 1959 dans le cas des femmes exerçant une activité indépendante. (Lavoro autonomo).

Il faut donc voir comment sera formulée la prorogation: il y a des hypothèses de mesure d’extension jusqu’en 2020, mais d’autres possibilités ne sont pas exclues, même d’une portée plus large.

GARANTIE DE PENSION AUX JEUNES 

Une autre nouveauté du programme concerne les jeunes, pour lesquels est prévue la garantie d’une pension. Dans le détail, il est prévu l’augmentation du Fonds public de pension intégrée, y compris justement la prestation pour les jeunes, qui est destinée à ceux qui ont une carrière discontinue.

Ici aussi, il n’y a aucun détail sur la manière dont on a l’intention de procéder avec la pension de garantie. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une mesure qui répondrait à une priorité indiquée par plusieurs.

On verra comment se concrétiseront les nouvelles orientations politiques du gouvernement, qui prévoient les points suivants: 

a) réduction des impôts sur le travail (le soi-disant “cuneo fiscal”: différence entre le salaire que reçoit en poche le travailleur et ce que l’employeur dépense effectivement tenant compte de toutes les taxes, impôts et cotisations de prévoyance sociale), au total bénéfice des travailleurs;

b) identification d’un salaire équitable (le “salaire minimum”), garantissant une protection maximale des travailleurs, y compris par le mécanisme d’efficacité erga omnes des conventions collectives signées par les syndicats les plus représentatifs;

c) approbation d’une loi sur la représentation syndicale, sur la base d’indices stricts;

d) dans le respect des principes européens et nationaux de protection de la concurrence, identification des compensations appropriées pour les travailleurs non salariés, afin d’éviter les formes d’abus et d’exploitation, notamment au détriment des jeunes professionnels, et de protéger la dignité de la profession;

e) mise en œuvre d’un plan stratégique de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, assurant des niveaux élevés de protection de la sécurité et de la santé sur le lieu de travail, ainsi qu’un système de surveillance efficace, accompagné d’un système approprié de sanctions

f) introduction d’une loi sur l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes;

g) soutien de l’entreprise féminine;

h) renouvellement du régime de sécurité sociale dit de “Opzione Donna” (Option Femme);

i) transposition des directives européennes sur le congé de paternité obligatoire et la conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée;

j) augmentation des fonds de pension complémentaire public, y compris la pension garantie pour les jeunes.

ZIMBABWE: Adieu à Robert Mugabe: mais le “Lion” continuera à rugir!

ITALIE – Permis de conduire: le prix augmente, combien ça coûtera