in

Industrie du bâtiment. Fillea Cgil : La crise du secteur retombe surtout sur les immigrés

Milan, 29 Juillet 2010. En industrie du bâtiment, les entrepreneurs, principalement italiens (91%), ‘chargent’ la crise principalement sur les travailleurs immigrés. C’est ce qui émerge d’une recherche de la Fillea et du Cgil régionaux de la Lombardia, présentée ces derniers jours à Milan. En particulier, ceci vaut pour la Lombardia où, en 2009, les proposés migrants sont 43,4% des total (en valeur absolus 71.012), pour une augmentation de salaires étrangers dans la même période environ 32,5% (524.521.965). Donc, il observe le syndicat, ” les travailleurs migrants sont qui ceux les plus chargés et donc subissent plus”. En outre, les heures travaillées de migrants sont 34,5% (56.950.815), les ouvriers migrants encadrés au premier niveau sont 68,8% du total (48.955) et ceux à temps partiel 63,6% (7.877).

Encore, les ouvriers étrangers under 35 sont 55,6% (les 39.857) et entreprises avec titrer étranger 9% (2.743). Et sur les proposés migrants ou bien 43,4% du total, nous sommes voisins au dépassement, aussi si la date 2009 sur celle de 2008 (45,7%) est en décrément : bâts penser qu’en 2000 les étrangers étaient à peine 12,5% des ouvriers dans le secteur. Quant à l’évolution de la présence des diverses nationalités de main-d’oeuvre qui actionne en industrie du bâtiment, si en 2000 les nationnalités prédominants étaient ceux du Nord d’Afrique, aujourd’hui ceux majoritaires en Lombardia sont celles roumaines et albanese. En 2009, en effet, ils résultent inscrits aux Caisses de bâtiment de la Lombardia 16.271 roumains, 12.052 albanais, 9.256 égyptiens, 7.884 marocains, 3.409 provenant de l’ex Yougoslavie et 2.635 tunisiens.

Si on considère les individuels territoires de la Lombardia, la présence de migrants parmi les ouvriers de bâtiment résulte, en 2009, plus haute à Milan, avec 52,1% sur le total. Une incidence élevée se remarque même à Pavia avec 46,3%, à Como avec 42%, à Varese avec 40,7%, à Cremona avec 39,2%, à Brescia avec 38,8% et Mantova avec 38.6%. La valeur oscille entre 30.7% et 36.1% à Bergama (respectivement, dati Caisse édile et Edilcassa). Le pourcentage de 34% à Lecco, pendant qu’il descend à 18,8% à Sondrio. ” Lorsqu’il s’affronte le théme des migrants prévaut l’hypocrisie ou une grand diversité entre déclaré et agir, des comportements concrets, ou bien ils ignorent vonlontièremer l’évidence”. Ainsi se rappelle qu’un tier des enfants nés à Milan est fils de migrants, que les migrants versent à l’Inps 5 milliards d’euro par an que nous avons le record européen d’accidents mortels sur le travail avec un accroissement de ceux de travailleurs migrants. “

” Dans une situation d’émergence et de crise nous espérons que notre recherche puisse, en petite partie, servir à créer et à consolider la conscience que le travail, l’intégration et le droit de citoyenneté soient une possible réponse à ces problématiques”.

Ministère du travail : conversion du permis de sèjour en cas de contrat au projet

La Gambia et l’Italie signent un accord sur l’immigration