in

Pour la première fois, les travailleurs indiens en grève, à Latina

«Stop à l’exploitation!», c’est le fil conducteur qui a guidé la grève des travailleurs indiens à Latina. Une manifestation historique contre les salaires de misère et les conditions inhumaines dans les champs et les serres de l’Agro Pontino. Nanda Singh (Syndicat FLAI  CGIL): «Nous n’arrivons plus à vivre, nous ne subirons pas dans le silence».

«Même sang, mêmes droits» est le slogan qui a réuni à Latina, dans la province de Rome, des milliers de travailleurs sikhs, dans une protestation contre l’exploitation. Pour la première fois, ils se sont rebellés, grèvant et levant la voix, du haut d’un podium érigé sur la place, en face de la Préfecture.

Les dossiers de l’Association “Migrazione Onlus” qui a promu l’initiative ensemble avec FLAI CGIL, documentent, depuis des années les conditions inacceptables des travailleurs indiens dans l’Agro Pontino. Ils passent plus de 12 heures par jour, même 7 jours par semaine, à se casser le dos dans les champs ou à étouffer dans les serres, pour gagner même moins de 3 euros par heure. Entre le “noir” et le “gris”: on bosse un mois mais dans le bulletin de salaire, il résulte une semaine.

Si on proteste, arrivent les menaces ou les tabacs des employeurs et des contremaîtres illégaux (“caporali“). 

Pour soutenir ce rythme inhumain, certains sont forcés de se doper avec des médicaments. Il y en a qui se résignent. Il y en a qui se suicident, comme ce jeune de 24 ans qui, à la fin de mars, s’est pendu à Fondi. Mais maintenant, il y a cependant qui a décidé de lever la tête, comme les travailleurs (la plupart indiens, mais il y avait aussi des Roumains et des Bangladais) qui ont participé à la manifestation en question. 

«Depuis des semaines, nous demandons l’augmentation de salaire à au moins 5 euros l’heure. Certains employeurs disent qu’ils n’y arrivent pas, d’autres menacent de fermer les serres. Le propriétaire d’une entreprise a montré aux employés un bidon d’essence, en disant que s’ils  continuaient à protester, il aurait brûlé leurs baraques», raconte à notre groupe éditorial “Stranieriinitalia.it”, Nanda Devender Singh, délégué du syndicat FLAI CGIL de Latina. Et d’expliquer: «Aujourd’hui, nous avons demandé à la Préfecture d’intervenir. Ce n’est plus possible de travailler avec ces salaires, on ne peut pas survivre. En outre, si on travaille une année mais ça ne résulte pas dans le bulletin de salaire, et on ne peut même pas avoir l’indemnité de chômage ou renouveler son permis de séjour».

Où finissent les sous qui ne sont pas mentionnés dans le bulletin de salaire?

«Ils ne sont pas donnés au travailleur. Les arriérés augmentent et plusieurs employeurs disent qu’ils ne paieront jamais parce qu’ils doivent, avec ces sous, les dépenses engagées pour maintenir le travailleur en règle, payer le comptable et ainsi de suite».

Il y a des inspections?

«Les contrôles sont rares et quand on les fait, souvent les employeurs le savent à l’avance, comme s’ils avaient été informées. Ce jour-là, ils disent à ceux qui ne sont pas en règle de ne pas se présenter au boulot. Ainsi, quand les inspecteurs arrivent, tout semble Ok. L’INPS (Institut National de Prévoyance Sociale), INAIL (Institut National d’Assurance au Travail) et les DTL (Directions Territoriales du Travail) doivent bouger»

Quel est le rôle des “caporali” (contremaîtres illégaux)?

«Les contremaîtres sont dans l’ombre, mais il sont toujours là; ils sont Italiens et étrangers et trouvent quelqu’un qui te fait bosser ou simplement quelqu’un qui t’offre un faux contrat de travail. Cela en particulier pour les nouveaux arrivants».

Vous vous référez à ceux qui arrivent en Italie avec les flux?

«Oui. Il y a des gars qui sont arrivés au cours des dernières années avec les flux saisonniers, qui ont même payé 7.000 € pour être appelé avec un quota. Le “caporale” donne une partie à l’employeur et garde le reste. Mais lorsque le travailleur arrive en Italie, il n’est pas embauché et reste donc illégal».

Et il est forcé de travailler dans des pires conditions?

«Bien pire, parce que cela bosse au noir et il ne peut pas faire une dénonce, autrement il risque l’expulsion. Qui a un permis de séjour et est en Italie depuis plusieurs années,  prend actuellement 3,5 euros l’heure, et entre-temps, qui est sans papier doit se contenter même de 2 euros l’heure;  et entre-temps, en plus de payer à manger et à dormir et envoyer des sous à ses parents, il doit également rendre l’argent de la dette contractée pour acheter l’appel fait à travers les flux»

Vous croyez que la manifestation pourrait changer les choses?

«Ce qui est certain, c’est le signal que les travailleurs ne veulent plus souffrir en silence. Dans ces conditions, il est impossible d’aller de l’avant».

Un autre naufrage en Méditerranée: 400 disparus!

Service Civil National: plus de 3.000 places pour les jeunes étrangers aussi.