in

GRANDE BRETAGNE: No spic? No fric!

Pressing du Gouvernement sur les immigrés: qui ne parle l’anglais ne pourra pas bénéficier de l’allocation de chômage.
Le Premier britannique David Cameron aux immigrés chômeurs: «Ça sert pour trouver le boulot». Avec l’accord d’intégration, en Italie aussi les immigrés doivent connaître l’italien.

Pressing du Premier ministre britannique, David Cameron, lequel, face aux chiffres inquiétants du chomage en Grande Bretagne, a menacé d’oter les allocations aux immigrés chomeurs qui ne connaissent pas l’anglais.
«Nous devons nous libérer de la vieille idée qu’on peut recevoir des aides de l’État sans conditions. Il y a quelque chose que vous pouvez faire pour trouver du boulot et pouvoir parler l’anglais fait partie de cela», a déclaré David Cameron, qui a souligné: «Si les immigrés parlent anglais, c’est une bonne chose  pour eux et c’est une bonne chose pour le contribuable, parce qu’on ne gaspille plus les fonds de la Sécurité sociale. C’est bon pour l’économie parce qu’on veut plus de gens qui travaillent, ce qui fait l’économie plus solide et productive».
La réforme du chomage du Gouvernement britannique prévoit que les travailleurs potentiels puissent être tenus à fréquenter  des cours de langue.

En Italie, pour l’instant, le test d’italien est obligatoire seulement pour la carte de séjour.
Toutefois à peine le “contrat d’intégration” (accordo d’integrazione) entrera en vigueur, pour rester en Italie, tous les nouveaux immigrés devront démontrer d’avoir acquis, dans l’espace de deux années, une connaissance de base de la langue italienne.

Sur la réforme britannique, c’est le cas de dire: «No spic, no fric!» Comme quoi: «Parle pas? Pas de ‘sous!»

Elvio Pasca

TRAVAIL 1 – Régularisation des travailleurs domestiques / Interdiction

TUERIE DE FIRENZE: L’ambassadeur Fodé Seck mobilise le groupe Afrique à l’ONU