in

GHANA: Jour d’investiture pour John Dramani Mahama

Malgré… la position de l’opposition!

Le nouveau président ghanéen, John Dramani Mahama sera investi ce lundi 7 janvier 2013. Malgré les récriminations de l’opposition qui continue de contester les résultats du scrutin, le successeur de John Atta Mills va diriger le pays en attendant la décision de la Cour suprême sur ce recours déposé par le principal parti d’opposition, le Nouveau parti patriotique (NPP) de Nana Akufo Addo.

altLe président ghanéen, élu le mois dernier, John Dramani Mahama va être investi à Accra, ce lundi 7 janvier, en présence de nombreuses délégations étrangères. Le principal parti d’opposition, le Nouveau parti patriotique (NPP) de Nana Akufo Addo, a déposé plainte devant la justice pour contester le résultat des urnes. Il ne devrait cependant pas empêcher le bon déroulement de la cérémonie d’investiture.

John Dramani Mahama a pris les devants. Dès vendredi dernier, trois jours donc avant son investiture officielle, le président ghanéen a lancé un appel à l’unité à ses opposants.

«Quels que soient nos différends, quelle que soit notre politique, nous devons nous rassembler», a insisté le chef de l’Etat devant le Parlement. Un appel destinée au NPP de Nana Akufo Addo qui n’a pas accepté sa défaite à l’élection présidentielle.

Les résultats officiels ont donné John Dramani Mahama vainqueur avec 50,7% des voix. Selon les observateurs, le scrutin a été «libre» et «équitable». Mais le NPP a déposé un recours à la cour suprême le 28 décembre dernier. D’après le parti d’opposition, les irrégularités porteraient sur 1,3 million de bulletins, soit environ 10% des voix.

En attendant la décision des 13 juges de la Cour suprême sur ce recours – pas avant la fin du mois au plus tôt -, le NPP a fait savoir qu’il n’empêcherait pas la prestation de serment du nouveau président. Selon un conseiller de Nana Akufo Addo, «la Cour peut toujours déclarer l’invalidité des élections après l’investiture». Mais le parti a annoncé qu’il boycotterait la cérémonie.

STEPHEN KESHI: Coach du Nigeria: “Les entraîneurs expatriés sont des chasseurs de primes”

CENTRAFRIQUE: Ouverture des négociations à Libreville