in

DANEMARK: Feu vert à la confiscation des biens (argent et bijoux) aux réfugiés

Pour le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen “c’est la loi la pire interprétée dans l’histoire du Danemark”. Mais maintenant tout le monde, les réfugiés en particulier, comprendront mieux le fonctionnement de la contestée confiscation de l’argent et des biens à ceux qui arrivent dans le pays scandinave, fuyant les guerres et les persécutions.

La nouvelle loi, approuvée par le Parlement le 26 Janvier dernier, fixe à 10 mille couronnes (1340 euros) le montant maximum d’argent que chaque réfugié peut garder sur soi. Idem pour les bijoux, exceptés ceux ayant une valeur sentimentale. L’excédent devient la propriété de l’Etat, qui l’utilise pour financer l’accueil.

Les lignes directrices fournies par le gouvernement à la police citent des exceptions telles que les bagues de fiançailles et de mariage. Il est également expliqué qu’on doit d’abord demander aux réfugiés de montrer leurs biens, ensuite on pourra passer à une perquisition. Cela concernera les vêtements et les bagages, mais personne ne sera déshabillé complètement, ni y aura-t-il de fouille corporelle invasive.

Nous devons tâter les gens quand nous procédons à une arrestation et nous assurer qu’elles ne portent d’ arme», a expliqué Claus Oxfeldt, chef du syndicat de la police danoise. “Je ne pense pas » a-t-il ajouté «qu’on trouvera beaucoup de bijouterie à confisquer“.

La nouvelle loi a rapidement fait le tour du monde, attirant les critiques féroces et des comparaisons avec le pillage des nazis contre les Juifs. Entre autre, l’artiste chinois Ai Weiwei a protesté en fermant prématurément une exposition en cours à Copenhague.

Le Premier ministre Rasmussen, cependant, continue à défendre le choix du gouvernement et du parlement, faisant noter que les Danois eux-mêmes voulant avoir accès à des prestations sociales sont contraints de vendre leurs objets de valeur. Dans le pays, qui compte 5,6 millions d’habitants, l’année dernière, ont été présentées 21.000 demandes d’asile, un taux inférieur seulement à celles enregistrées en Finlande, Autriche, Allemagne et Suède.

 

Stranieriinitalia.it

SÉNÉGAL: CREI – La traque au point mort

FOTO DELLA SETTIMANA: Biscottificio Banderas!