in ,

CORONAVIRUS – Le cas de la ville de Ferrara en Italie: peu d’infections – Un signal positif pour l’Afrique?

Pour le commissaire Sergio Venturi, il sera utile d’étudier le “cas de Ferrara” pour identifier les éventuelles résistances naturelles au Covid-19.

Le lundi 30/03/2020, le bulletin de 18 heures sur le nombre de coronavirus a décrété qu’il n’y avait pas de décès dans la province de Ferrara. Sur le territoire ont également été trouvés peu de contagions, seulement 6, et la tendance des hospitalisations est à la baisse. Des nouvelles positives et particulières, compte tenu de la situation dans la Région Emilia-Romagna et dans le nord de l’Italie en général.

Au point d’attirer l’attention du commissaire régional Sergio Venturi, qui a parlé d’un “cas de Ferrara” à étudier. “Peut-être que lorsque tout cela sera terminé“, a-t-il déclaré, “nous nous demanderons pourquoi les contagions n’ont jamais augmenté à Ferrara. De toute évidence, il y aura une raison à cela“.

Parmi les hypothèses avancées par l’expert pour motiver le faible nombre d’infections par le nouveau coronavirus, le fait qu’il s’agisse d’une “zone de paludisme ou pourquoi il y a une thalassémie. Mais nous devrons nous poser la question, car il existe évidemment une résistance naturelle de cette province à cette infection que nous devrons étudier. Il pourrait également être utile à d’autres citoyens“.

Une résistance naturelle au Covid-19 qui semble exister même dans une petite ville de la Région Lombardia et dans la province de Rovigo dans la Région Veneto.

Le rapprochement avec le paludisme pourraitil préluder une aubaine pour les populations de l’Afrique? Là où le fléau a toujours été et est encore comme un pain quotidien.

DÉCRET “CURA ITALIA” – Nouveautés sur les “Bonus” pour les travailleurs indépendants (“lavoratori autonomi”) et les travailleurs au noir

BENTORNATO ZINGA!