in

CHINE: Mort d’un nigérian dans un commissariat de Canton, Lagos demande une enquête approfondie

“Quand on” crève à Canton!

Plus d’une centaine de Nigérians sont descendus dans les rues de Canton mercredi 20 juin dans l’après-midi, pour crier leur colère après la mort de Celestine Elebechi. Le jeune homme, âgé de 28 ans, est décédé suite a une rixe avec un conducteur de moto taxi.

 

Celestine Elebechi est décédé alors qu’il était en garde à vue. L’ambassade du Nigéria à Pékin a dépêché deux officiers consulaires sur place, pour tenter d’apaiser la colère de la communauté et demander des explications aux autorités locales. Ce sont des éclaircissements que sont venus demander les diplomates nigérians à Canton.

Première question: Celestine Elebechi était-il dans le coma, comme l’ont affirmé certains témoins au moment où les policiers sont intervenus ? Si oui, dans ce cas, pourquoi n’a-t-il pas été immédiatement transporté à l’hôpital, demandait mercredi Ademola Oladele, le porte-parole de l’ambassade du Nigéria à Pékin?

Cette version des faits n’est pas celle des autorités. Une bagarre au sujet du prix de la course a éclaté avec un chauffeur de moto taxi lundi. La foule se serait attaquée au jeune homme et il était conscient, lorsque vers 13h il a été emmené au poste, affirment les policiers.

Que s’est il passé ensuite, avant que le décès ne soit déclaré 4 heures plus tard? Celestine Elebechi a-t-il été battu par les agents lorsqu’il n’a pas pu présenter son passeport, comme l’aurait affirmé un autre témoin? Ce même commissariat de Kuangquan avait déjà été entouré par une centaine de manifestants, en juillet 2009, suite au décès d’un Africain qui s’était défenestré, selon la police, lors d’un raid contre les étrangers en situation irrégulière.

«Rendez-nous son corps!», disait encore mercredi la communauté en colère, alors qu’une autopsie était en cours. Les manifestants ont bloqué le trafic dans le district de Yuexiu et s’en sont pris à des véhicules des forces de l’ordre.

«Canton ne veut pas vous accueillir, rentrez chez vous!», ont alors lancé de nombreux Cantonais à leur passage, indique le South China Morning Post.

La manifestation a également provoqué de nouveaux débordements racistes sur internet: «Les africains sont mal éduqués, il faut qu’ils retournent dans leur pays», ou encore «Il faut se méfier de ces Africains qui risquent de faire une révolution de couleurs dans notre pays», pouvait-on lire sur les réseaux sociaux.

«Nous allons remonter à la source de la question. Nous partageons la douleur et appelons à la modération», avait fait savoir de son côté le porte-parole de l’ambassade du Nigéria.

ONU: La sierra-léonaise Zainab Hawa Bangura Représentante spéciale sur la lutte contre les violences sexuelles dans les conflits

GABON: Deux scientifiques gabonais honorés par le Chef de l’Etat