in

CENTRAFRIQUE: Environ 10.000 enfants enrôlés par les groupes armés

Enfance sans défense! 

L’ONG britannique Save the Children a publié un rapport intitulé «Piégés dans une zone de combat» consacré à l’«urgente nécessité de démobiliser» les enfants-soldats en Centrafrique. 

alt

L’ONG britannique Save the Children a publié un rapport intitulé « Piégés dans une zone de combat» consacré à l’«urgente nécessité de démobiliser» les enfants-soldats en Centrafrique. L’ONG rappelle qu’entre 6.000 et 10.000 enfants se retrouvent aujourd’hui dans un groupe armé alors qu’ils étaient 2.500 au début du conflit. Près de 10.000 enfants (filles et garçons) âgés de moins de 18 ans sont enrôlés par des groupes armés depuis 2012, en République Centrafricaine (RCA), selon un rapport de Save The Children, une organisation non gouvernementale (ONG) de défense des droits de l’enfant. Ce document a été présenté par vidéoconférence, depuis Londres (Angleterre), par Véronique Aubert, experte en droits de l’enfant à Save The Children. 

Deux ans après le déclenchement de la guerre civile en RCA, le nombre d’enfants recrutés par les groupes armés sont passés de 2.500 à près de 10.000, a-t-elle indiqué en présentant le rapport à des journalistes. 

Certains de ces enfants ont été enlevés ou forcés de rejoindre les groupes armés. D’autres l’ont fait volontairement pour survivre, parce qu’ils sont en quête désespérée de nourriture, de vêtements, d’argent et de protection“, a expliqué Véronique Aubert, au siège de l’ONG, à Dakar, affirmant que “ces enfants, dont certains sont âgés de moins de 8 ans, sont forcés de combattre, de transporter des provisions et d’accomplir d’autres tâches“. 

Le rapport, qui est intitulé “Pièges dans une zone de combat: l’urgente nécessité de démobiliser les enfants des groupes armés en RCA“, préconise “une stratégie globale de toute urgence, pour aborder la question de la protection des enfants”, appelant à éradiquer “le recrutement et l’utilisation des enfants à des fins militaires“, tout en plaidant pour “la libération et la réinsertion des enfants déjà associés aux groupes armés“, dans ce pays. 

Save The Children soutient les efforts de démobilisation des enfants en RCA et veut, à l’aide du rapport, “attirer l’attention de l’opinion internationale sur cette situation. C’est une situation extrêmement grave et préoccupante. Ce sont des garçons et des filles qui ont moins de 18 ans, des enfants dont la place est à l’école, pas dans la brousse“, a expliqué son chargé de campagne pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Eric Hazard, faisant état d'”atrocités” vécues par les enfants-soldats en RCA. 

Save The Children souhaite aussi, par ce rapport, attirer l’attention, sur ces enfants, du gouvernement de transition centrafricain, des Forces de maintien de la paix des Nations unies, et de la communauté internationale, selon M. Hazard qui recommande qu’il est nécessaire d'”investir dans la démobilisation des enfants, dès aujourd’hui, parce qu’on ne peut pas les laisser dans ces conditions. Il faut leur trouver un avenir et les réinsérer” dans la vie civile. 

Depuis deux ans, les écoles sont fermées et les enfants ne vont plus à l’école, en RCA, a-t-il rappelé. “Il faut un plan de démobilisation national, pour leur offrir un avenir. C’est vrai que le gouvernement de transition ne pourra pas le faire seul. Il doit être accompagné par la communauté internationale, par l’Union africaine. Une grande conférence sur la paix et la sécurité en Afrique vient de se tenir [à Dakar]. A cette occasion, tout le monde est d’accord que la sécurité est le point de départ du développement [qui] est essentiel pour maintenir et encourager la paix“, a souligné M. Hazard. 

Save The Children estime que l’Union africaine a un rôle à jouer dans la promotion de la sécurité, en RCA comme partout dans le continent. Une guerre interconfessionnelle a éclaté en mars 2013 en RCA. Elle a coûté la vie à des milliers de personnes et contraint d’autres Centrafricains à se réfugier dans les pays voisins, dont le Tchad. Un calme précaire règne depuis plusieurs mois dans ce pays dirigé depuis début 2014 par un gouvernement de transition. 

RWANDA: Et si l’homme portait le nom de sa femme?

CRISTIANO RONALDO: “CR7” – La marque d’habillement de l’as du football portugais