in

CARA ITALIA – Stephen Ogongo: voici pourquoi Facebook doit fermer les pages de Matteo Salvini et de la Lega

Le fondateur du mouvement pan-italien CARA ITALIA demande à Facebook de fermer les pages de Matteo Salvini et de la Lega et d’appliquer ses politiques contre le racisme et l’incitation à la haine.

 

CARA ITALIA, mouvement antiraciste et pro-immigré pan-italien, lance une campagne demandant à Facebook de fermer les pages de Matteo Salvini, vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, ainsi que celles de la Lega, parti dont il est le leader.

Dans un nouveau message vidéo, Stephen Ogongo, fondateur et coordinateur de CARA ITALIA, défie Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, d’appliquer les normes de la communauté Facebook relatives à l’incitation à la haine.

Selon Ogongo, «Facebook risque non seulement d’être considéré comme un complice de ceux qui incitent à la haine, mais aussi comme une entreprise qui gagne sur ce type de contenu». 

«Les dirigeants de Facebook doivent prendre la responsabilité de nettoyer Facebook des pages et des utilisateurs qui incitent à la haine ou aux discours haineux. Sinon, Facebook risque vraiment d’être considéré comme le complice du néo-fascisme émergent», dit Ogongo.

LE TEXTE INTÉGRAL DE LA VIDÉO 

Chers amies et amis, bonjour!

Il y a quelques jours, la capitaine Carola Rackete du navire Sea Watch a déposé une plainte contre Matteo Salvini pour “diffamation aggravée” et “incitation à commettre des crimes”. Dans la plainte, Rackete demande aux magistrats de saisir les pages officielles de Facebook et Twitter du vice-premier ministre leghista qu’elle définit comme le moyen de propagation de la haine.

Nous, de CARA ITALIA, nous nous associons aux demandes de Rackete, et en même temps, nous demandons à Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, de fermer les pages officielles de Salvini et de la Lega. Ces pages sont devenues des lieux de rencontre virtuels pour les personnes qui font ouvertement des discours sexistes, racistes et haineux contre les immigrés, les réfugiés, les Roms, les ONG et les bénévoles qui sauvent les gens en mer.

En même temps, ces pages sont pleines de commentaires offensifs en réponse aux commentaires incendiaires de Salvini, qui sont bien conçus pour exciter et motiver les supporters à faire des commentaires offensants contre les sujets des messages. Le racisme, le sexisme, l’incitation à la haine et tous les commentaires offensants sur ces pages vont à l’encontre des normes de la communauté Facebook concernant l’incitation à la haine.

Le fait que Facebook n’ait pas encore agi en fermant ces pages me laisse perplexe. 

Les questions que je vous pose, M. Zuckerberg, sont donc les suivantes:
♦ Pourquoi Facebook n’applique-t-il pas ses propres normes communautaires en matière de discours haineux? Si c’était le cas, les pages de Salvini et de la Ligue seraient déjà fermées depuis des mois;

♦ Pourquoi Facebook ne peut-il pas appliquer ses politiques contre le racisme et les discours haineux?

♦ Pourquoi Facebook permet-il à des politiciens comme Salvini d’avoir des pages où les commentaires racistes et l’incitation à la haine sont à l’ordre du jour?

Il suffirait de jeter un coup d’œil à ces pages, lire les commentaires sous les messages pour voir que ces pages ne répondent pas aux normes de la communauté Facebook concernant l’incitation à la haine. 

La plupart des messages de Salvini qui génèrent des commentaires offensants sont sponsorisés. Je me demande comment ils surmontent l’analyse du personnel de Facebook qui doit d’abord vérifier si le message répond aux normes de Facebook.

Je vous invite non seulement à analyser les mots, photos et vidéos utilisés, mais aussi à analyser le contexte et l’intention qui se dégage des messages de Salvini. Facebook risque non seulement d’être considéré comme un complice de ceux qui font la promotion de la haine, mais aussi d’être considéré comme une entreprise qui gagne sur ce type de contenu.

♦ Pourquoi Facebook n’applique-t-il pas des filtres qui empêchent d’écrire les mots “nègre” “je vais te violer” “on devrait te violer” “immigré de merde”, etc?

♦ Savez-vous que sur la page de Salvini, il n’est pas permis d’écrire “49 millions d’euros” mais écrire “nègre” ou “je vais te violer”, oui ?

Il existe des outils d’intelligence artificielle parfaitement capables d’éviter les discours haineux, mais Facebook a déclaré qu’il n’a pas l’intention de les utiliser.

Savez-vous pourquoi Facebook n’utilise pas ces outils déjà en sa possession? Parce que de cette façon, elle verrait son trafic s’effondrer.

Une société fondée sur le conflit peut automatiquement bannir le sein d’une femme, mais ne peut se permettre d’interdire les discours haineux. Salvini et ses pages en sont un exemple.

Et dire que vous avez une équipe qui intervient à la suite de signalisations pour un réseau social avec plus de 2 milliards d’utilisateurs est une blague.

Sans attendre de recevoir des signalisations, Facebook devrait prendre l’initiative et fermer toutes les pages qui incitent à la haine. Les dirigeants de Facebook doivent prendre la responsabilité de nettoyer Facebook des pages et des utilisateurs incitant à la haine ou des discours haineux.

Autrement, Facebook risque vraiment d’être considéré comme le complice du néo-fascisme émergent.

Stephen Ogongo

(Coordinateur CARA ITALIA)

Pour plus d’informations 

Stephen Ogongo (Coordinatore di CARA ITALIA)
Via Ofanto 18 – INT B – 00198 Roma
Tel +39 333 3010654 – Email: info@caraitalia.org
https://www.facebook.com/groups/caraitalia/
https://www.facebook.com/CaraItaliaUfficiale/
https://caraitalia.org/

ITALIE – AfroOn Pic-nic: à Villa Borghese à Rome, le 21 juillet

ITALIE – Carola Rackete (commandante du navire Sea Watch) interrogée par le procureur. Estocade contre Matteo Salvini