in

CARA ITALIA – Formations politiques: le succès s’est répété à la deuxième journée

Le samedi 27 avril s’est tenue la deuxième journée des Cours de formation politique, organisée par CARA ITALIA, un mouvement pan-italien promu par le journaliste kenyan Steven Ogongo, sur le thème: “La politique dans le domaine de l’intégration, c’est-à-dire sur quoi et vers qui les leaders des communautés doivent agir pour l’intégration”.

 

Les thèmes des cours étaient les suivants La législation nationale, régionale et locale qui affecte les processus d’inclusion sociale et d’intégration de la population migrante et immigrée ; les acteurs des stratégies d’inclusion sociale et d’intégration de la population migrante et immigrée. 

Sont intervenus dans l’ordre: 

– Alessio Pascucci (Maire de Cerveteri) 

– Federica Battafarano (Conseillère pour les politiques culturelles, ancienne juriste de la Croix-Rouge italienne et experte en droit de l’immigration) 

– Nawal El Mandli (Président du Conseil des migrants et apatrides de Cerveteri) 

– Claudio Rossi (Expert en politiques d’intégration)  

– Riccardo Compagnucci (Expert en administration publique) ; 

– Raffaele Bracalenti (Chercheur sur les processus d’inclusion sociale et d’intégration). 

ALESSIO PASCUCCI 

(Maire de Cerveteri)

Le maire de Cerveteri, Alessio Pascucci, a parlé de son expérience dans l’administration municipale, y compris des réalisations liées aux droits sociaux comme l’enregistrement du mariage homosexuel. En ce qui concerne l’immigration, il a illustré l’expérience de l’adhésion de la municipalité de Cerveteri au SPRAR (Système de protection des réfugiés et des demandeurs d’asile), ouvertement partagée en public avec les citoyens locaux. Et aussi l’octroi de la citoyenneté d’honneur aux enfants étrangers dont la valeur va au-delà du symbolique. Et encore une fois, la mise en œuvre de la représentation des communautés étrangères dans la municipalité, en établissant en lieu et place du simple Conseiller municipal adjoint, le Conseil des Migrants et des Apatrides, qui élit indépendamment son président qui siège pour 5 ans. 

FEDERICA BATTAFARANO 

(Conseiller pour les politiques culturelles de Cerveteri) 

Federica Battafarano n’était pas d’accord sur les questions relatives au droit à l’immigration, “un sujet qui est devenu complexe à cause de la mauvaise gestion des gouvernements précédents, où paradoxalement il ya la libre circulation des marchandises au détriment de la circulation des êtres humains, l’immigration est assimilée au racisme par une exploitation généralisée qui finit par se répandre ment à la vérité, par divers clichés tels que : Il a mis en garde contre le risque que ” tôt ou tard, en sapant les droits d’autrui, nous risquons de voir nos droits à leur tour sapés “. Il a expliqué diverses règles concernant l’immigration, en particulier le mécanisme du Traité de Dublin, les politiques de refus (contrôle des frontières et des mers, gestion des retours, coopération avec les dictatures des pays d’origine des migrants). Federica Battafarano a également illustré les différentes structures qui composent le réseau des centres d’immigration : Hotspot, CPA (First Reception Centres), CPSA (First Aid and Reception Centres), CDA (Reception Centres), CARA (Reception Centres for Asylum Seekers), CIE (Identification and Expulsion Centre), SPRAR (Refugee Protection System and Asylum Seekers), CAS (Extraordinary Assistance Centre). Il a également expliqué la procédure de reconnaissance du statut de migrant : réfugié, protection subsidiaire, protection humanitaire (cas de vulnérabilité) et l’impact des différents changements apportés par le décret dit Salvini sur la politique d’immigration italienne. 

NAWAL EL MANDLI

(Président du Conseil des Migrants et des Apatrides de la Municipalité de Cerveteri) 

Nawal El Mandli a souligné les bonnes relations entre la communauté étrangère et la communauté italienne dans la municipalité de Cerveteri, en soulignant la mise en œuvre de divers événements qui sont des occasions de rencontrer la population. Il a également souligné l’importance pour les étrangers d’être conscients de leurs droits, citant en ce sens, par exemple, le rôle du conseil et de la médiation culturelle. 

CLAUDIO ROSSI 

(Expert en politiques d’intégration) 

Claudio Rossi (Expert en politiques d’intégration) a souligné que la migration n’est pas seulement déterminée par le bien-être physique ou matériel, mais aussi par la vision de l’immigrant défavorisé. Il a expliqué à travers un schéma dynamique le phénomène de l’immigration, en reprenant des concepts tels que la relation ” communauté de départ – migrant – communauté d’arrivée “, la convention de coexistence et la volonté de la revoir à travers une adaptation (biunivoque, mutuelle, interdépendante) qui passe par différentes voies possibles : inclusion (passive pour l’étranger), inclusion (intermédiaire entre passivité et activité), intégration (par un processus d’interdépendance qui amène l’étranger à être citoyen ” égal ” avec droit de vote). 

RICCARDO COMPAGNUCCI 

(Expert en administration publique) 

Riccardo Compagnucci a rappelé que l’immigration est motivée par le désir humain d’une nouvelle vie, d’une vie meilleure. Il a souligné que, pour l’instant, les “riches” des pauvres se déplacent, avertissant des plus grandes difficultés qui surgiront lorsque les “vrais” pauvres se déplacent au contraire. Il a brossé un tableau international des principales caractéristiques des politiques d’immigration dans les principaux pays d’immigration, que l’on peut résumer comme suit : USA (cooptation), France (assimilation), Grande-Bretagne (multiculturalisme), Allemagne (bien-être et ordre et… statut de “presque allemand”), Italie (intégration passive : on dit en plaisantant aux “fées comme on veut”). Contrairement aux autres pays, l’Italie envisage une immigration non planifiée mais “a souffert” et au final, rien n’est donné en retour. En ce qui concerne la deuxième génération, l’absence historique de programmation pourrait expliquer qu’en Italie, par exemple, comme en France, il n’y ait pas, par exemple, le phénomène de la “banlieue”, en réalité, des confinements de clusters de “français” (deuxième génération) assimilés mais considérés différents. Riccardo Compagnucci a souligné un aspect important que les immigrants ne veulent pas rester pour toujours, suggérant ce qu’il a appelé “l’immigration rotative”. Au-delà du stérile proclamé ” aidons-les chez eux “, il permettrait réellement la croissance des pays d’origine, en encourageant le retour des étrangers après les avoir intégrés dans le cadre d’un parcours ciblé, dans lequel programmer un engrenage naturel de rotation entre ” anciens ” (départ) et ” nouveaux ” (arrivée) immigrants car, comme insiste Riccardo Compagnucci lui-même : ” seuls eux, les étrangers ont l’opportunité de développer leur pays. 

RAFFAELE BRACCALENTI 

(Chercheur sur l’inclusion sociale et les processus d’intégration) 

Raffaele Bracalenti, interrogé sur les besoins de l’administration dans les processus d’inclusion et d’intégration, a expliqué qu’il faut essentiellement deux choses : les services et la recherche. 

♦ les services aux immigrants qui doivent être construits pour servir les immigrants eux-mêmes, pour permettre aux gens d’avoir une vie plus ou moins normale. L’arrivée d’immigrants a en effet conduit à de nouveaux services ad hoc et derrière chaque choix de services, il y a une idée d’intégration à travers les services de proximité et la collaboration des personnes qui aident l’administration à planifier ces services; 

♦ la recherche de solutions (comme l’immigration circulaire), la législation (comme les différentes lois sur l’immigration: Bossi-Fini, Turco-Napolitano, les temps de la citoyenneté, le regroupement familial…), les lois (qui exigent une interaction de la négociation, dans une démocratie capable de respecter les minorités, ce que l’on appelle “le contrôle et la conciliation”), en tenant compte cependant des lois qui ne peuvent être négociées et les règles négociables. 

 

PROCHAINES DATES 

11 mai / 25 mai / 08 juin 2019 

Università Popolare di Roma UPTER – Palazzo Englefeld / Sala dei 42 

Via Quattro Novembre 157 

 

MAMADOU SALL – De vendeur de mouchoirs dans la rue, maintenant il est candidat pour l’Europe

ASILE EN FRANCE (5) – Le droit au maintien sur le territoire français