in

ANGOLA: Des panneaux solaires pour rendre propre l’eau souillée

Panneau contre la panne d’eau!

Le vieux conteneur de bateau peint de couleurs vives avec des panneaux solaires sur son toit et des dispositifs de filtration de haute spécification, semble ne pas avoir sa place dans le village angolais poussiéreux de Bom Jesus, à 50 km à l’est de la capitale, Luanda. Mais il fournira bientôt près de 20.000 litres d’eau propre et potable par jour aux 500 habitants de la zone qui dépendent actuellement d’approvisionnements sales à partir de la rivière à proximité.

Conçue par l’entreprise canadienne des technologies ‘Quest Water Solutions’, la station de fourniture d’eau en acier inoxydable appelée “AQUAtap” est globalement en train d’être expérimentée dans cette nation d’Afrique australe en vue de commencer à fabriquer localement ces systèmes pour être étendus à toute la région, si cela marche bien.
Utilisant l’énergie solaire stockée dans de grandes batteries, l’eau de la rivière Kwanza, située à 50 mètres, est traitée par le sable et d’autres filtres. Puis UV est utilisé pour stériliser l’eau jusqu’aux normes de consommation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), prête pour être distribuée à partir d’un robinet en acier inoxydable à l’avant.
C’est vraiment très simple“, a expliqué John Balanko de ‘Quest’ pendant qu’il ouvrait doucement l’un des deux robinets à l’avant du bloc pour permettre à l’eau de sortir et entrer dans une bouteille.
Oui, il semble un peu ne pas avoir sa place et plutôt avancé pour ici, mais c’est le contraire, il est vraiment très simple et ce qu’il y a de bien est qu’il nécessite très peu d’entretien. La machine elle-même aura seulement besoin d’entretien une fois par mois et nous formons quelques Angolais à pouvoir faire cela dès que nous serons retournés au Canada“.
Les robinets en acier inoxydable (qui distribuent une quantité fixe d’un peu plus d’un litre par poussée) et la plate-forme en aluminium, ont été conçus pour un nettoyage facile et il y a des égouts tout autour pour recueillir toute eau déversée.
Balanko et son partenaire d’affaires, Peter Miele, tous deux de Vancouver (Canada), ont une expérience dans l’utilisation de la technologie pour résoudre les problèmes d’approvisionnement en eau en milieu rural au Canada.
Toutefois, la chance d’avoir rencontré il y a quatre ans un Angolais au Canada, leur a donné une nouvelle orientation pour l’Afrique.
“AQUAtap” a été spécialement conçue pour une communauté rurale en Angola où le manque d’eau potable et l’assainissement limité contribuent principalement au fort taux de mortalité infantile dans le pays, tuent un enfant sur cinq avant leur cinquième anniversaire.
Depuis la fin d’une guerre civile de trois décennies en 2002, le gouvernement angolais a dépensé des millions de dollars dans la réparation des infrastructures et la fourniture des services de base comme l’eau à sa population de 19 millions d’habitants.
Dans le cadre du projet “Agua para Todas” (L’Eau pour tous), des robinets et puits artésiens ont été installés dans les communautés à travers le pays, même si, selon les propres chiffres du gouvernement, près de la moitié de la population n’a toujours pas accès à l’eau potable.
Le village choisi par ‘Quest Water Solutions’, qui a été proposé par les autorités municipales, a l’un de ces robinets installés par le gouvernement, mais les habitants, dont la plupart sont des agriculteurs de subsistance sans un emploi formel, ont indiqué à IPS qu’il n’avait pas marché pendant plus d’un an.
Balanko et Miele travaillent en collaboration avec le ministère angolais de l’Industrie, qui est chargé de la fourniture de l’équipement pour le programme “Agua Para Todas”.
Le dispositif, l’un des deux qu’ils ont expédiés en Angola sans frais pour le gouvernement, se vend au prix unique de 150.000 dollars, avec une garantie de deux ans d’entretien.
“Nous ne pouvons pas nier que nous sommes une entreprise à but lucratif avec un produit à vendre. Mais je pense que vous avez besoin d’être en mesure de faire des bénéfices afin que vous puissiez ensuite donner en retour. C’est un coût unique pour le gouvernement, qu’ils absorberont, mais les villageois obtiendront en retour de l’eau propre et saine pour au moins les 15 à 20 prochaines années. Il est également très rentable dans le long terme parce que notre eau coûte près de 2,30 dollars pour 1.000 litres, tandis que pour le moment, les gens paient jusqu’à 30 dollars pour 1.000 litres, ce qui est plus de 10 fois supérieur“, a expliqué Balanko, soulignant que l’eau d'”AQUAtap” sera gratuite pour les villageois, une décision prise par les autorités.

PETER BOSSMAN: Premier maire noir de la Slovénie!

PELERINAGE A LA MECQUE: Le plus grand rassemblement au monde a débuté