SAMIA YUSUF OMAR: La jeune athlète somalienne qui avait couru le 200m à Pékin a péri en mer sur une péniche, tentant de rejoindre l'Italie - Africa Nouvelles

ITALIE

Comité Olym...pique des nerfs!

La triste histoire d'une héroine des jeux olympiques dont la mort est passée indifférente aux yeux de tous mais surtout à ceux "coupables" du Comité International Olympique.

Samia Omar Yusuf, née en 1991, fille d'une vendeuse de légumes et d'un homme tué par un obus d'artillerie à Mogadiscio, avait réussi au prix de tant de sacrifices, à participer à la course des 200m dames, aux Jeux Olympiques de Pékin 2008. Elle arriva dernière, en 32 secondes, mais était plein de joie et de satisfaction.

«Ce fut une expérience merveilleuse, j'ai porté le drapeau somalien, j'ai défilé avec les meilleurs athlètes du monde", at-il dit.

Quatre ans plus tard, Samia est morte en tentant d'atteindre l'Occident. Elle s'était embarquée en Libye, pour rejoindre l'Italie, sans jamais y parvenir.

L'histoire de Samia Yusuf Omar a été racontée par l'écrivain italienne d'origine somalienne, Igiaba Scego, et elle a été rappelée par Bile Abdi, qui à Rome en 1987, avait  remporté une médaille d'or aux 1500m.

Possible qu'une athlète qui, dans un pays où les atrocités de la guerre sévissent et où les milices fondamentalistes interdisent aux femmes de pratiquer du sport, a réussi l'exploit d'arriver aux Jeux Olympiques, soit, dans l'indifférence du sport international, rentrée chez elle dans son enfer de pauvreté, sans aucun soutien, au point de devoir risquer et perdre sa vie, en tentant une traversée désespérée de la Méditerranée?

Comme c'est désormais le cas, on n'a plus d'yeux et de regard que pour qui gagne la médaille d'or! Les autres sont des figurants sans gloire, sans nom, sans histoire. Et pourtant l'esprit meme de l'olympisme n'est-il pas de participer? Combien de fois encore Pierre De Coubertin doit-il se retourner dans sa tombe? Comité Olympique, où étais-tu? Où es-tu? Où seras-tu? De quoi piquer du nerf!