ITALIE - Pour les étrangers victimes de délit en Italie, les dénonces et les informations seront en langue d'origine, avec interprètes et traduction gratuite des actes essentiels. - Africa Nouvelles

ITALIE

Davantage de tutelle aux étrangers qui ne connaissent pas bien l'italien et sont victimes de délits. Depuis la dénonce jusqu'à la conclusion du procès, ils peuvent en effet être suivis par un interprète, recevoir des renseignements dans leur langue et se faire traduire gratuitement les actes contenants des informations essentiels à leurs droits. 

 

Sera considéré vulnérable toute victime de racisme et de traite. L'Italie a accueilli la directive 2012/29/UE instituant, dans tous les Etats de l'UE, des “normes minimes en matière de droits, assistance et protection des victimes de délit".

Le texte intervient “en matière d'interprétariat et traduction, renforçant les droits de la victime pour ce qui est de la connaissance et la réception dans la propre langue des actes essentiels à une meilleure et consciente participation au procès, dès le premier contact avec l'autorité".

Il précise en outre que: "Est aussi garantie la faculté de la part de la victime de présenter à la Procure de la République, au tribunal du chef-lieu du district, la dénonce ou querelle dans sa propre langue et avoir gratuitement la traduction de la relative attestation. La vulnérabilité de la victime peut être déduite par:

● l’âge;

● l'état d'infirmité;

● l'état de déficience psychique;

● le type de délit,

● les circonstances du fait".

Le texte explique également qu'il  sera tenu compte du fait que:

le délit en question ait été commis avec:

● violence ou haine raciale;

● des liens pouvant être reconduits au crime organisé, terrorisme ou traite humaine;

● des fins discriminatoires;

et la victime soit:

● affectivement;

● psychologiquement;

● ou économiquement,

dépendante de l'auteur du délit subi". 

 

Stranieriinitalia.it