ITALIE: Que risque qui offense ou endommage des objets religieux? Crimes et peines - Africa Nouvelles

ITALIE

Quoique l'Italie soit un pays laïque, le système juridique tient en grande considération la religion et le respect de toute profession de foi, de la part de l'État et des citoyens. 

 

Indépendamment de la foi religieuse, tous les citoyens sont égaux devant la loi et chaque religion a le droit d'etre protégée. Pour cette raison, la loi punit pénalement qui offense publiquement une confession religieuse, acte défini comme "outrage".  Il s'agit d'une manifestation de mépris, oral ou écrit, envers des valeurs retenues particulièrement dignes de respect. Le code pénal punit les outrages physiques ou matériels. 

L'accusation d'outrage suppose que le comportement affiché offense le sentiment religieux des fidèles. Il est prévu des amendes de 1.000 à 5.000 euros à quiconque, en un lieu de culte, un lieu public ou un lieu ouvert au public, offensant une confession religieuse, vilipendie à travers des injures, des choses qui sont objets de culte, des objets consacrés ou des objets destinées nécessairement à un culte. Si ensuite, l'outrage concerne un ministre du culte, l'amende augmente jusqu'à 2000 à 6000 euros. A spécifier que l'offense doit etre un outrage aux croyants de cette religion: l'outrage n'est pas envers la personne elle-meme en soi, mais plutôt à la personne en qualité de fidèle ou de ministre de culte. 

Il est également prévu une peine jusqu'à 2 ans de prison à qui, publiquement et intentionnellement, détruit, disperse, détériore, rend inutilisables ou gribouille des objets de culte, ou consacrées au culte ou destinées nécessairement à l'exercice du culte. La conduite est grave donc s'il y a l'endommagement d'objets de culte, comme les reliques ou les parements religieux, et si l'offense est faite en public ou durant une fonction religieuse. 

 

Comme dit, l'offense peut être verbale ou être effectuée par une action concrète de destruction, de dispersion et de gribouillage de choses formant objet de culte ou consacrées au culte. Il s'agit de comportements qui, pour beaucoup, seraient sacrilèges tel que par exemple: quelqu'un qui détruit le tabernacle dans une église chrétienne, ou bien qui profane les objets normalement utilisés durant une fonction religieuse.