ITALIE: Comment a réagi Matteo Salvini à la victoire de l'italo-égyptien Mahmood au Festival de Sanremo? - Africa Nouvelles

ITALIE

«Mahmood ............... mah ............», a posté en pleine nuit, vers 01h00 sur les réseaux sociaux, le ministre de l'Intérieur et vice-Premier ministre et leader du parti de la Lega a immédiatement perçu le message politique arrivé du vote du Festival de Sanremo, qui a sanctionné une victoire inattendue: celle du rappeur italien d'origine égyptienne Mahmood.

 

Un vote établi par le jury technique et le jury d'honneur  en faveur d'un chanteur peut-être simplement parce qu'il est extra-communautaire (citoyen non-UE) mais il ne l'est pas, et le peuple de Sanremo ne correspond certainement pas à un sondage électoral: loin de là. Entre autre, le jury populaire du télévote s’était exprimé différemment, donnant son appréciation au second classifié, Ultimo. 

Sur la chanson, tous les goûts sont gouts et historiquement, Sanremo a toujours récompensé des morceaux qui n’étaient pas les succès pronostiqués. Une histoire qui continue ainsi depuis belle lurette. Et Salvini, en communicateur plutôt grossier qu'il est, s'insère lui aussi dans la polémique et bousille ceux qui veulaient lui envoyer un message. Au contraire, il recueille un autre consensus où il n'aurait peut-être pas pu en recueillir.

«La plus belle chanson italienne?!? J'aurais choisi Ultimo, qu'en dites-vous?», a-t-il écrit sur le réseau. Et ainsi se rapproche-t-il c'est donc proche des nombreux jeunes qui justement pointaient sur Ultimo, qui ont été vexés par le verdict et qui sont vraiment "enragés" contre ce télévote. Cela rapprochera-t-il les jeunes à Salvini? Probablement pas sur le front politique, mais cela ne les a certainement pas éloignés. Pour une fois, même un grand nombre des jeunes italiens risquent de se dire: «Salvini a raison». Pas sur les immigrants, pas sur les refoulements. Mais sur Sanremo oui. 

Le show-biz aussi et le public votant tombent donc dans le piège salninien comme cela a déjà été le cas pour les magistrats, et ils consignent une autre tranche de visibilité au ministre de l'Intérieur, même là où personne ne l'aurait attendu.
Avis aux navigateurs: meme si de père égyptien, Mahmood est un italien de par sa mère et il l’est à tous les égards.