Sunday, Feb 01st

Last update09:00:01 PM GMT

You are here Nouvelles

La Conférence internationale intitulée «Afrique: 53 pays, une Union» a réuni, le 21 mai 2010 au "Palazzo Re Enzo" de Bologna, les leaders des pays africains et les représentants des institutions internationales.

Première étape d’un triptyque de rendez-vous (les prochains seront à Washington en 2011 et à Addis-Abeba en 2012), voué à dessiner un parcours de paix et développement pour l’Afrique, cette Conférence a été organisée par la "Fondation pour la Collaboration des Peuples" (présidée par Romano Prodi), avec le concours du Bologna Center de la Johns Hopkins University, le Haut Parrainage des Nations Unies, l’Union Africaine (UA) et la Commission Européenne.

L’objectif de la conférence est d’amener les pays africains à confier à l’Union Africaine (UA) le rôle d’interlocuteur avec le reste du monde.

Outre les représentants de la Banque Mondiale et des autres institutions et organismes particulièrement engagés dans les questions africaines, la Conférence a été honorée par la présence et les interventions d’illustres personnalités internationales telles que:

S.E. M. Abdoulaye Wade (Chef de l’Etat sénégalais)

Thabo Mbeki (ex président sudafricain)

Asha-Rose Mtengeti Migiro (tanzanienne, Vice-secrétaire général de l’ONU depuis 2007);

Abdelkader Messahel (Ministre algérien pour les Affaires africaines et maghrébines)

Joseph Boakai (Vice président du Liberia);

Moussa Dosso (Ministre ivoirien de l’Education)

Samuel Sam-Sumana (Vice-président sierra-léonais)

Abdoulie Janneh (Commissaire économique de l’ONU pour l’Afrique)

Michael A. Battle (Ambassadeur USA auprès de l’UA)

Andris Piebalgs (Commissaire européen au développement)

Zhan Shu (Ambassadeur au Département des politiques pour l’Afrique, au Ministère des Affaires Etrangères de la Chine)

Rappelons que Romano Prodi (ex président de la Commission Européenne, de 1999 à 2004 et plusieurs fois Ministre et Président du conseil en Italie) est à la tête de la Commission internationale de l’ONU et de l’UA pour les missions de maintien de la paix en Afrique.

«La priorité de l’Afrique est la paix mais ensuite vient la coopération: il y a urgent besoin de travailler ensemble. Jusqu’à présent les relations ont été bilatérales et cela a bousillé les rapports et les politiques: aujourd’hui sous la coordination de l’ONU, il faut que travaillent ensemble l’Union Européenne, l’Union Africaine, la Chine, les USA et les autres grands pays», a-t-il poursuivi lançant en conclusion une idée:

«Le modèle auquel l’Europe et l’Occident devraient s’inspirer pour les politiques d’aide et soutien à l’Afrique, est celui du Plan Marshall, mis sur pied par les Etats-Unis, à la fin de la guerre au bénéfice de l’Europe en ruines. Ce plan n’était en effet pas limité aux infrastructures, mais orienté également à la reconstruction financière et économique».

M. Abdoulaye Wade a aussi invité les entreprises européennes à investir et produire en Afrique, dans une perspective d’intérêt réciproque

«Désormais je crois que l’Afrique est mure pour prendre en main ses propres choses», a observé le président sénégalais tout en précisant:

«Nous ne refusons pas les aides internationales mais demandons de pouvoir projeter nous-mêmes les actions nécessaires à notre développement. Nous ne voulons pas être privés de notre souveraineté décisionnelle. Nous voulons être souverains».

Il a dénoncé que «ça fait 50 ans qu’ils sont en train de nous rendre dépendants au lieu d’être autonomes dans nos choix», soulignant que «l’intégration économique des pays africains n’est possible qu’à travers l’intégration politique, qui doit représenter l’objectif commun. Je ne doute que nous réaliserons les Etats-Unis d’Afrique».

Lamentant notamment l’absence sur le plan international de l’Afrique «l’unique continent non représenté au Conseil de Sécurité de l’ONU», le Président Wade a dit que cette injustice doit être réparée «acceptant la présence au Conseil de Sécurité de l’Afrique qui doit avoir le droit de veto».

Milton Kwami

 

 

SENEGAL: La Directrice générale du FMI, Christine Lagarde, attendue à Dakar vendredi 30 janvier

Tenir haute "Lagarde" du développement! 

La Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, est attendue vendredi à Dakar pour une visite de 3 jours au cours de laquelle elle va s'intéresser "au programme ambitieux" mis en place par les autorités sénégalaises pour "accélérer la croissance économique et jeter les bases d'une diversification économique".

alt

Mme Lagarde qui était à Kigali (Rwanda) depuis lundi, sera au Sénégal dans le cadre d'une tournée dans ces deux pays de l'Afrique subsaharienne. Dans la capitale rwandaise, elle a eu des entretiens avec le président Paul Kagame et d'autres "hauts responsables" du pays. La Directrice générale de FMI a surtout prononcé un discours devant le parlement rwandais lançant un appel aux et aux autres "pour affronter l'avenir en anticipant". 

A Dakar Christine Lagarde sera reçue par le président sénégalais Macky Sall. Elle rencontrera aussi des chefs d'entreprise, des parlementaires, des femmes leaders et des représentants des entreprises et de la société civile. Mme Lagarde prononcera une allocution devant l'Assemblée nationale du Sénégal. Elle va s'entretenir également avec des "hauts responsables" de la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest). 

"Cette visite sera l'occasion de renforcer le partenariat du FMI avec le Rwanda et le Sénégal, deux pays qui ont su bâtir des économies fortes, stables et solidaires, au sein de la deuxième région la plus dynamique du monde. Au cours des 20 dernières années, le Rwanda est devenu un exemple de réussite économique en Afrique, en accomplissant des progrès réels dont témoignent des taux de croissance élevés et la réduction de la pauvreté. Le Sénégal a mis en place un programme ambitieux pour accélérer la croissance économique et jeter les bases d'une diversification économique", a déclaré Christine Lagarde. 

Le Sénégal a rejoint le Fonds le 28 septembre 1963. Le Conseil d'administration du FMI a achevé en décembre la 8ème revue des résultats économiques obtenus par le Sénégal dans le cadre du programme appuyé par l'ISPE (Instrument de Soutien à la Politique Economique). 

Au terme de cette mission, le Conseil a relevé que la croissance économie du pays devrait atteindre 4,5% (contre 3,5% 2013), soit 0,4% en deçà des estimations précédentes. Cette mission entrait aussi dans le cadre des consultations de 2014 au titre de l'article avec le Sénégal.

Les perspectives de l'économie sénégalaise "sont favorables", a salué la mission du FMI qui note que le Plan Sénégal émergent (PSE), "offre une occasion unique de libérer une croissance généralisée et solidaire qui fera du Sénégal un pays émergent".

En sa qualité de Directrice générale du FMI, Mme Lagarde a visité plusieurs pays africains dont l'Afrique du Sud, la Côte d'Ivoire, le Kenya, l'Ile Maurice, le Mali et le Malawi. 

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com

ALLOCATIONS AUX FAMILLES NOMBREUSES (ITALIE): Aux immigrés aussi: "Un permis de séjour ordinaire suffit"

Présentation des demandes jusqu'au 31/05/2015!

Une directive européenne a annulé l'exigence de la carte de séjour. Demandes dans les communes jusqu'au 31 janvier.

altJusqu'à 141,02 € par mois pour 13 mois. C'est là l'aide que les communes reconnaissent aux familles italiennes à faiblle revenu et ayant au moins 3 enfants mineurs.

La demande de l'"allocation pour familles nombreuses" doit etre présentée au plus tard le 31 janvier de l'année suivant celle à laquelle l'aide est demandée. L'échéance approche et mieux vaut etre informés.

L'INPS (Institut National de Prévoyance Sociale), qui paie le chèque, écrit sur son site web que l'allocation est destinée aux familles de citoyens: 

◙ italiens; 

◙ communautaires (citoyens UE); 

◙ et extracommunautaires (citoyens non-UE) possesseurs d'un permis de séjour CE long terme, la soi-disant "carte de séjour".

Mais est-ce vraiment le cas? Non, explique l'ASGI (Association des Etudes Juridiques sur l'Immigration), sur la base de la directive européenne 2011/98. L'Italie aurait du l'appliquer avant le 25 décembre 2013, et, même si elle ne l'a pas fait, la directive doit de toute façon être appliquée.

La directive reconnaît "à tous les travailleurs non-UE les mêmes prestations sociales accordées aux ressortissants de l'Etat qui les accueillent", comme par exemple: la carte d'achats, l'allocation maternité municipale et, justement l'allocation pour familles nombreuses.

La condition du permis de séjour UE long terme n'est donc plus nécessaire. Il suffit d'avoir un ordinaire permis de séjour permettant de travailler, comme ceux pour motif de travail, attente d'emploi, famille ou protection humanitaire.

"Que les possesseurs de permis de séjour ordinaire permettant de travailler, remplissant les autres conditions requises fassent demande à la commune, avant le 31 Janvier", dit l'avocat Alberto Guariso, membre du Conseil d'administration de l'ASGI, qui a lancé une campagne d'information pour assurer le droit des immigrés aux prestations sociales.

Il ya des communes comme Brescia et Verona, qui ont déjà adopté les modifications de la directive 2011/98, d'autres ont été contraintes à le faire par les tribunaux auxquels s'étaient adressés des ressortissants étrangers. "Mais il faut faire demande avant la date limite, sinon il est difficile de faire valoir ses propres», souligne Guariso.

Mais que faire si le fonctionnaire au guichet refuse la demande? «Il faut l'expédier par lettre recommandée pour ne pas passer le délai d'expiration. Si par la suite, elle est refusée ou sans réponse, on peut s'adresser à notre service anti-discrimination", explique encore l'ASGI

Stranieriinitalia.it

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com

UEMOA: Le taux de croissance élevé à 6,8% en 2014

L'essence d'un sens de croissance?  

Les performances économiques de l'UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine) sont appréciables, de l'avis du Président béninois Boni Yayi, par ailleurs président en exercice de la conférence des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'UEMOA. Alors qu'il était à 5,9% en 2013, la croissance économique est à 6,8% en 2014, avait indiqué Yayi Boni, lors de la la 18e session ordinaire des chefs d'État de l'institution, à Cotonou (Bénin).

alt

Le Président de la République Alassane Ouattara a pris à cette session en compagnie de ses homologues Faure Gnassingbé du Togo, Michel Kafando du Burkina Faso, José Mário Vaz de la Guinée-Bissau et Macky Sall du Sénégal.

Le Niger et le Mali étaient respectivement représentés par le Premier ministre Brigi Rafini et le ministre des Finances et de l'Economie Mamadou Igor Diarra.Yayi Boni a regretté que les textes relatifs à l'harmonisation du cadre juridique, comptable et statistique des finances publiques, la fiscalité intérieure, l'union douanière, la facilitation des transports et la mutualité sociale ont encore du mal à être appliqués dans l'espace Uemoa.

alt

Et de poursuivre: «Selon la revue annuelle des réformes politiques, programmes et projets communautaires au sein de l'UEMOA, le taux d'application des textes communautaires est estimé en moyenne à 50%, avec des disparités selon les domaines et selon les États membres».

Ainsi, dit-il, le chemin est encore long pour l'UEMOA de parvenir à une harmonisation complète des textes.Le Président béninois a exprimé une vive inquiétude face à la montée du terrorisme, de la piraterie, de la traite des êtres humains, de la prolifération des armes légères, les crimes perpétrés par des bandes armées, etc.

«Nous devons donc nous attacher à maintenir et à renforcer les actions déjà en cours en faveur d'une meilleure gouvernance afin de sécuriser durablement notre espace communautaire», a conseillé Yayi Boni.

Cette proposition, selon lui, pourrait préserver la stabilité dans l'Union, eu égard aux prochaines élections présidentielles, législatives, municipales dans plusieurs des Etats de l'UEMOA en 2015, qui "pourrait induire des risques politiques et sécuritaires supplémentaires et mettre à rude épreuve les Etats membres de l'espace".

L'UEMOA s'est aussi félicitée de la politique sanitaire mise en place avec l'appui des partenaires au développement dans la lutte contre la maladie à virus Ebola. Tout en encourageant les États à poursuivre sans relâche la mutualisation des efforts pour enrayer la propagation de cette épidémie.

En marge de cette réunion, le Président de la République Alassane Ouattra et son homologue béninois Boni Yayi ont procédé à l'inauguration de l'amphithéâtre Alassane Ouattara de l'Université d'Abomey Calavi, située à environ une vingtaine de km au Nord de Cotonou, la capitale économique béninoise.

Don du chef de l'Etat de la Côte d'Ivoire aux étudiants béninois, cet ouvrage de type R+2, avec une capacité de 1.200 places à raison de 400 par niveau a coûté 520 millions CFA. Il est aussi la traduction d'une promesse faite par le Chef de l'Etat ivoirien, lors d'une d'une visite au Bénin, le 9 mars 2013. Où Alassane Ouattara avait décidé d'apporter une contribution au renforcement des infrastructures dans cette université.

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com

BRUSSELS AIRLINES: La compagnie aérienne belge récompensée à plusieurs reprises!

Bruxelles... excelle! 

Meilleure compagnie pour les vols transatlantiques, meilleur produit Business Class à destination de New York, meilleure compagnie aérienne pour les vols à courte distance, meilleure carte de vins et la reconnaissance de ses efforts fournis pour le commerce, l’exportation et sa responsabilité sociétale. Les dernières semaines, Brussels Airlines s’est vu à plusieurs reprises décerner des prix pour ses services. 

alt

Brussels Airlines ne se souviendra pas uniquement d’une solide croissance du nombre de passagers en 2014, mais également que l’industrie du voyage continue à faire confiance à la compagnie belge. Ainsi la compagnie aérienne a reçu pas moins de cinq prix ces dernières semaines.

C’est ainsi que les agences de voyage et experts de l’industrie belges ont décidé de récompenser Brussels Airlines pendant l’évènement annuel du Travel Magazine Awards avec le titre de meilleure compagnie aérienne pour les vols à courte distance. De plus, ils ont attribué à la Business Class de Brussels Airlines le titre de meilleure formule de voyage vers New York. Aux États-Unis, la qualité et le service de Brussels Airlines ont également été récompensés avec des prix. Global Traveler, la revue professionnelle américaine la plus réputée parmi les voyageurs d’affaire, a nommé Brussels Airlines la meilleure compagnie aérienne pour les vols transatlantiques. Brussels Airlines est sortie vainqueur face à de nombreuses autres compagnies aériennes renommées des pays du Golf et d’Europe.

Pendant un « blind-test », lors de la compétition annuelle américaine Wines on the Wing, Brussels Airlines a été titré par un jury international d’experts en vin (24 œnologues, sommeliers & producteurs de vin), comme la compagnie aérienne qui sert les meilleurs vins à bord. En tout, 29 compagnies aériennes y ont participées. C’est la troisième fois consécutive que Brussels Airlines remporte ce titre.

Non seulement les efforts de service de Brussels Airlines ont été loués ces derniers mois, mais également les contributions de la compagnie aérienne au niveau du commerce international. En effet, la chambre de commerce belgo-luxembourgeoise située aux Royaume-Uni a récompensé Brussels Airlines avec le prestigieux Belux Golden Bridge. « Brussels Airlines n’est pas uniquement un ambassadeur de la Belgique, la compagnie aérienne promeut également pleinement le Royaume-Uni », justifie le jury sa décision en mettant en avant les efforts humanitaires de la compagnie. « Grâce à ses vols vers les pays touchés par le virus Ebola, empruntés par de nombreux médecins et transportant beaucoup de matériel médical vers l’Afrique de l’Ouest, Brussels Airlines prouve que son engagement humanitaire est davantage qu’un slogan marketing ».

De plus, le CEO de Brussels Airlines, Bernard Gustin s’est vu décerner le prix de « l’entrepreneur de l’année » lors des Lobby Awards 2014, organisés par la revue francophone belge haute gamme Lobby. Ce prix voit récompenser son « engagement sociétal (s’est) manifesté, non seulement en Belgique, mais surtout en Afrique », peut-on lire dans le communiqué de presse de Lobby.

Selon Bernard Gustin, CEO de Brussels Airlines, ces cinq prix récompensent les efforts de Brussels Airlines de miser dans un marché aéronautique très compétitif sur le service et la qualité. « Cela nous fait plaisir qu’autant d’experts et partenaires industriel indépendants reconnaissent nos efforts et notre positionnement ‘value for money’ et en même temps récompensent notre côté humain tout comme notre contribution à l’économie belge. Ces prix nous motivent à continuer avec notre positionnement mettant nos invités à bord au cœur de nos activités. »

A PROPOS DE BRUSSELS AIRLINES

Brussels Airlines, membre de Lufthansa Group et de Star Alliance, est la compagnie aérienne belge qui offre le plus grand choix de vols au départ de Brussels Airport. Les 3500 employés et 44 avions du groupe Brussels Airlines assurent plus de 300 vols quotidiens ponctuels qui relient la capitale de l'Europe vers pas moins de 80 destinations en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis.

A bord des vols long-courriers, les passagers sont accueillis dans une toute nouvelle cabine Business Class proposant des sièges transformables en lits plats et un système révolutionnaire de divertissement à la demande. Une nouvelle cabine Economy Class offrant des sièges ergonomiques propose également le même système de divertissement personnel. Les vols long-courriers sont opérés en Airbus A330-300/200.

Sur ses lignes européennes, Brussels Airlines propose le choix entre quatre produits: Check&Go, Light&Relax, Flex&Fast and Bizz&Class.

Outre les 20 destinations vers l’Afrique et les deux destinations vers les Etats-Unis (New-York JFK et Washington D.C.), Brussels Airlines et ses partenaires intercontinentaux offrent également un service long-courrier vers les Emirats Arabes Unis, la Chine, l’Inde, ainsi que vers l'Amérique du Nord.

Brussels Airlines appartient entièrement à SN Airholding et peut compter sur plus de 90 années d'expérience dans l’aviation.

Plus d'informations sur brusselsairlines.com

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com

MOSQUÉES: Le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano: “Plus faciles à contrôler que les lieux de prières improvisés"

Mosquées et flux migratoires attentionnés dans la lutte au terrosrime! 

Durant une communication à la Chambre des Députés sur la lutte contre le terrorisme, le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano a déclaré: "Notre attention a toujours été et sera toujours très élevée, meme sur les flux migratoires". 

alt

Durant une communication à la Chambre des Députés sur la lutte contre le terrorisme, le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano a déclaré:  «Notre attention a toujours été et sera toujours très élevée, meme sur les flux migratoires. Certaines déclarations ont retenu de souligner, parmi les sources possibles de risque, les centres religieux où pourraient opérer des prêcheurs de haine, fomenteurs d'actions violentes. Je tiens à rassurer qu'autant les mosquées que les autres lieux de culte ne sont pas du tout négligés dans l'analyse des enquêtes de renseignement et nous sommes actuellement en mesure d'avoir une image fidèle, ayant récemment effectué une détection ponctuelle», a dit le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano, à la Chambre des Députés, après le massacre de Paris. 

Puis un passage qui devrait faire réfléchir ceux qui sont contre la construction de lieux de culte islamiques dignes de ce nom: "Le contrôle préventif de cet aspect particulier est rendu difficile aussi par le fait que, dans plusieurs cas, le culte se tient dans des locaux de fortune tout à fait inadaptés et sans autorisation. Cette particularité du phénomène peut favoriser des zones d'ombre difficiles à contrôler et à déceler", a dit Alfano précisant de ne pas sous-estimer "les préoccupations envers les flux d'immigration, identifiés comme un possible véhicule d'infiltrations des mouvements terroristes dans le pays".

Et de rassurer: "Là encore, je voudrais donner des assurances quant à l'activation des dispositifs de surveillance, rappelant les actuelles synergies de coopération entre nos agences de sécurité et les homologues bureaux anti-terrorisme étrangers, pour garantir la couverture la plus large de l'information sur les risques d'infiltration dans les migrations qui touchent les frontières italiennes".

Entre-temps, le gouvernement apprête de nouvelles mesures contre la "figure du terroriste moléculaire domestique, capable de se transformer en une entreprise individuelle terroriste et qui fait son auto training même sur le web, se procure les armes et leurs modes d'emploi, projette, tout seul et sans apparente appartenance évidente à des réseaux structurés, des attaques ou des actes de terrorisme".

Un décret permettra à la Police) de retirer les passeports aux suspects et de les mettre sous surveillance spéciale, afin d'en «réduire les déplacements et le champ d'action."

Contre les soi-disant «combattants étrangers» (une cinquantaine estimée en Italie), sera introduit "un type spécifique de délit qui, comblant un déficit objectif, frappera non seulement les combattants étrangers, mais aussi quiconque agit dans les coulisses, maniant les ficelles des voyages à l'étranger."

Prévue aussi une répression sur le web, source de propagande et training.

La mesure, permettra "au tribunal d'ordonner aux providers l'accès des sites utilisés pour diffuser des messages d'incitation terroristes, recensés dans une liste noire constamment mise à jour par la police postale", a expliqué Alfano. 

Stranieriinitalia.it

 

 

 

 

Moschee e flussi migratori sono già sotto controllo nella lotta al terrorismo. "La nostra attenzione è sempre stata e sempre sarà alta. Alcune dichiarazioni hanno ritenuto di evidenziare, tra le possibile fonti di rischio, i centri di aggregazione religiosa in cui potrebbero operare i predicatori di odio, fomentando azioni violente. Voglio rassicurare sul fatto che sia le moschee sia gli altri luoghi di culto non vengono affatto trascurati nelle analisi di intelligence investigativa e siamo oggi in grado di poterne avere una fedele fotografia, avendone recentemente anche curato una puntuale rilevazione", aveva dichiarato il ministro dell'interno Angelino Alfano nella sua informativa alla Camera, dopo la strage di Parigi.

Poi un passaggio che dovrebbe far riflettere chi si oppone alla costruzione di luoghi di culto islamici degni di questo nome. "Il monitoraggio a fini di prevenzione di questo particolare aspetto aggregativo è reso difficile anche dal fatto che in molti casi il culto viene praticato in locali di fortuna del tutto inidonei e per i quali mancano le prescritte autorizzazioni. Questa peculiarità del fenomeno può favorire zone di ombra nelle quali sono più difficili gli accertamenti e le attività di rilevazione".

Alfano ha anche detto di non sottovalutare "le preoccupazioni che si indirizzano verso i flussi di immigrazione, individuati come possibile veicolo di infiltrazione dei movimenti terroristici in territorio nazionale. Anche a questo proposito vorrei dare rassicurazioni circa l'attivazione di adeguati dispositivi di controllo, ricordando come siano in corso forme sinergiche di collaborazione tra le nostre agenzie di sicurezza e gli omologhi uffici antiterrorismo esteri, per garantire la più ampia copertura informativa sui rischi di infiltrazione insiti nelle dinamiche migratorie che interessano le frontiere italiane".

Intanto, il governo sta per varare nuove norme contro la "figura del terrorista molecolare home made, capace di trasformarsi in un'impresa  individuale terroristica, nel senso che si autoradicalizza e si autoaddestra anche ricorrendo al web, si procura le armi e le istruzioni per il loro uso, progetta da solo, e comunque senza apparenti e dimostrate appartenenze a reti strutturate, attacchi o azioni terroristiche".

Un decreto dovrebbe dare al Questore la possibilità di ritirare il passaporto ai sospettati e di metterli sotto sorveglianza speciale, in modo da “restringerne capacità di movimento e campo di azione". Contro i cosiddetti "foreign fighters" (in Italia se ne stimano una cinquantina) si introdurrà "una specifica figura di reato che, colmando una oggettiva carenza, colpisce non solo i combattenti stranieri, ma anche chi agisce dietro le quinte tirando le fila degli spostamenti verso l'estero".

É previsto anche un giro di vite sul web, fonte di propaganda e addestramento. Il provvedimento ha spiegato Alfano, consentirà "all'autorità giudiziaria di ordinare ai provider l'interdizione dell'accesso ai siti utilizzati per la diffusione di messaggi di incitamento a condotte terroristiche censiti in una black-list continuamente aggiornata dalla polizia postale".

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com