Africains de la diaspora - Africa Nouvelles

Diplômé ingénieur en Télécommunications en 2013, au Polytechnique de Torino, Yvan Sagnet est actuellement syndicaliste de la FLAI (Fédération Travailleurs Agro-Industrie) du Syndicat CGIL. 

Trente-deux ans, né en Côte d'Ivoire et à la tête de l'UIM (Union des Italiens dans le Monde) de Vérone. L'association, après avoir pensé aux Italiens dans le monde, se concentre sur le monde en Italie.

Voici Kouassi!

Olivia Marie Désirée Kouassi (28 ans) est une jeune fashion-blogger italienne, née en Côte d'Ivoire, qui vit dans la province de Varèse, sur le lac Majeur. "Moi et mes confessions" est le nom de son blog et de sa chaîne YouTube où «je partage des conseils de mode et certains aspects de ma vie».

Originaire du Gabon et ayant suivi sa scolarité à Paris, l’homme d’affaires, CEO et créateur gabonais, Dominique Siby connaît le succès à Miami depuis sa petite vingtaine. Avec sa marque d’accessoires de luxe haut de gamme «Felio Siby».  

A 17 ans, Didi Stone Olomide fut nominée meilleure africaine la plus stylée de la diaspora, par une structure panafricaine. Un plébiscite s'inscrivant dans le cadre d'une rude compétition axée sur la beauté et l'élégance de filles africaines de la diaspora.

N.T. (initiales pour question de confidentialité), 28 ans, fut adopté tout petit avec sa sœur par un couple sicilien qui ne voulait pas les séparer. Sportif passionné et toujours parmi les majeurs de sa promotion au cours de gendarmerie, il a couronné son rêve, devenant le tout premier cuirassier italien noir,  et il eut l'honneur de faire partie des membres du piquet d'honneur qui accueillit Pape François, lors de sa première visite au Président de la République italienne, au Quirinal.

Caca...o.k.! 

Présidant la 2ème Journée Nationale du Café et du Cacao, qui s'est tenue dans la cour du palais présidentiel de Yamoussoukro, Le chef de l'Etat, Alassane Ouattara, a donné le nouveau prix du cacao bord champ. 

alt

"J'ai l'honneur de vous annoncer que le prix du cacao bord champ pour la campagne 2015-2016 est fixé à 1000 CFA. Un record jamais atteint et égalé", a lancé le Président, félicitant et remerciant l'apport des producteurs dans l' économie ivoirienne, et indiquant que si la Côte d'Ivoire est la première productrice aujourd'hui avec 45% de la production mondiale, l'objectif est désormais d'atteindre 50%. Il a aussi insisté sur le fait que le gouvernement tient à ce que la Côte d'Ivoire transforme beaucoup plus de ces productions en terre ivoirienne.

Le ministre de l'Agriculture, Mamadou Coulibaly Sangafowa, a rappelé que depuis la réforme dans cette filière en 2012, le prix du cacao est passé successivement de 500 CFA à 725 CFA, 750 CFA et 850 CFA. "Augmentant ainsi le revenu des paysans qui est passé de 1000 milliards à 1600 milliards CFA, soit une hausse de 50%", a-t-il déclaré. 

A cette cérémonie, plusieurs coopératives et producteurs ont été distingués et ont reçu des enveloppes allant de 3 à 5 millions CFA, des véhicules de 5 tonnes et bien d'autres lots. Le producteur Germain Kadio Morokou d'Abengourou a été distingué meilleur producteur avec le prix Alassane Ouattara et le doyen Bléoué Aka élevé au rang des pionniers de cette filière.

Quant aux planteurs, ils ont décerné au Président Alassane Ouattara un trophée en reconnaissance de ses efforts pour la satisfaction des producteurs du Cacao.

21 jours pour convaincre! 

Cette fois-ci, c'est vraiment parti et bien parti: en effet, suite au putsch de mi-septembre, les élections couplées présidentielle/législatives, initialement prévues pour le 11 octobre, ont dû être reportées au 29 novembre, et à l'heure actuelle, les chevaux sont lâchés! 

alt

3 semaines de campagne pour la présidentielle à partir de samedi 7 novembre à minuit, en attendant celle des législatives, qui durera 2 semaines pour compter de la semaine prochaine. Ces élections sont, il faut le souligner, historiques, et cela pour au moins 3 raisons: 

primo, ce sont les premières après l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui a balayé le régime Compaoré; 

♦ secundo, nous assisterons à la présidentielle la plus ouverte et, cerise sur le gâteau, il n'est pas question de prime au sortant; 

♦ tertio, elles interviennent dans des circonstances sécuritaires particulières marquées par la dissolution du RSP dont certains éléments sont encore dans la nature, l'attaque de Samarogouan et l'affectation de 25.000 éléments de la sécurité à la protection des votes; même que chaque candidat sera flanqué de 3 anges gardiens qui pourraient passer à 6 à sa demande à condition qu'il prenne en charge les 3 de plus. 

Est-ce ce contexte sécuritaire exceptionnel qui nous a valu 2 messages alors qu'habituellement celui du président de la CENI est suffisant? 

La répétition étant pédagogique, Me Barthélémy Kéré a réitéré son appel «à la raison et à la responsabilité de tous les acteurs pour que la campagne qui s'ouvre ne constitue pas un moment de spectacles désobligeants, une tribune de pugilats verbaux, encore moins un espace de prolifération de la violence sous toutes ses formes», tout comme «à la conscience professionnelle et à la responsabilité sociale des médias... »

Comme s'ils s'étaient passé le mot, c'est pratiquement le même appel qu'a lancé M'Ba Michel. On espère qu'il n'y aura pas de pêcheur en eau trouble, car les élections sont comme un jeu, et quel qu'en soit le ou les vainqueurs, c'est d'abord tout le Burkina qui gagne.

Comme a dit le président de la Transition, «restons tout de même vigilants et toujours confiants en la divine providence» pour que tout aille bien.

Enregistre...ment ou ment pas? 

Un document sonore fait couler beaucoup de salive d'Abidjan à Ouagadougou. Il s'agit d'un enregistrement de conversation téléphonique qui daterait du putsch de septembre dernier au Burkina Faso dans lequel on entend deux hommes discuter de la façon d'empêcher l'échec du putsch de Gilbert Diendéré. 

alt

Le document audio n'est pas authentifié et ne le sera sans doute jamais. On y entend deux hommes évoquer longuement et en détail les moyens d'éviter l'échec du putsch de Gilbert Diendéré au Burkina Faso, au moment crucial où ce coup d'Etat est dans l'impasse. L'un d'eux propose d'organiser des opérations de déstabilisation armées et d'offrir pour cela au second d'importants moyens financiers. Ceux qui révèlent ce document affirment que c'est une conversation entre Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne et Djibril Bassolé, qui est en prison à Ouagadougou accusé de haute trahison.

«Un montage grossier»

Les voix des deux hommes sont-elles celles du Burkinabè Djibril Bassolé et de l'Ivoirien Guillaume Soro? Non, rétorque le porte-parole de Guillaume Soro qui évoque un montage grossier fait à l'aide d'un imitateur. Le président de l'Assemblée nationale ivoirienne a, dit-il, fait mener une expertise indépendante de l'enregistrement pour le prouver.

«C'est un montage, un montage grossier, assure Moussa Touré. Nous avons pris la peine de faire expertiser cet enregistrement par un expert indépendant. Ce rapport explique clairement qu'il y a des distorsions, des altérations, des rajouts de voix qui font que ce document est à 99% un document totalement falsifié. Et pire encore, à partir même souvent d'imitations de la voix de Guillaume Soro», souligne le porte-parole.

Ce document sonore diffusé sur le site d'un journaliste ivoirien qui fut longtemps un partisan de Laurent Gbagbo circulait aussi depuis quelque temps à Ouagadougou, apprend-on de source journalistique. Dans la capitale burkinabè, aucune autorité officielle ne souhaite commenter cet enregistrement. 

(Vidéo dudit enregistrement):  

https://www.facebook.com/matt.tiger.31/videos/10201315247999161/